Togo-Lutte contre le terrorisme : ASVITTO saisit Faure Gnassingbé

L’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO) écrit à Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat, à « tenir compte des conseils pertinents de l’ancien ministre de l’Intérieur, Me François Akila Boko qui appelle à un renforcement de ‘’capacité opérationnelle’’ de l’armée et à ‘’veiller au moral des troupes’’ pour ce qui est des moyens militaires et sécuritaires » dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le pays.

LETTRE OUVERTE DE L’ASVITTO À SEM. FAURE E. GNASSINGBÉ, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF SUPRÊME DES ARMÉES

Lomé, le 17 mai 2022

Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO)

[email protected]

www.asvitto.org

A

Son Excellence Monsieur

Faure E. Gnassingbé, Président de la République Togolaise et Chef suprême des armées.

Lomé-Togo

Objet : Analyse et recommandations de l’ASVITTO pour une lutte efficace contre le terrorisme.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2022, le Togo a été la cible d’une attaque terroriste dans la préfecture de Kpendjal, précisément dans la localité de Kpinkankandi occasionnant un bilan officiel de huit (8) morts et treize (13) blessés dans les rangs des Forces Armées Togolaises (FAT).

Tout comme le gouvernement, toutes les autres composantes de la société togolaise ont unanimement condamné cette agression terroriste et l’ASVITTO vient, par cette occasion, réitérer sa ferme condamnation de cet acte cruel et barbare qui a coûté la vie à nos compatriotes.

Elle exprime ses vives condoléances aux familles éplorées, aux forces de défense et de sécurité et souhaite un rétablissement rapide aux blessés.

L’ASVITTO, à travers votre éminente personnalité, voudrait adresser ses encouragements au gouvernement dans son engagement à empêcher les entreprises terroristes de s’implanter sur le territoire togolais.

À cet effet, elle vous invite à tenir compte des conseils pertinents de l’ancien ministre de l’Intérieur, Me François Akila Boko qui appelle à un renforcement de <<capacité opérationnelle>> de l’armée et à <<veiller au moral des troupes>> pour ce qui est des moyens militaires et sécuritaires.

Convaincu qu’une lutte efficace contre le terrorisme ne doit pas se limiter aux solutions purement militaires et strictement sécuritaires, l’ancien Ministre vous a également fait des propositions pour une stabilité durable. Dans ses conseils de gouvernance, il vous invite à orienter votre << priorité à la recherche de solution à nos enjeux de politique intérieure avec l’impératif de réconciliation nationale et en mobilisant nos ressources pour lutter contre la pauvreté et la vie chère>>.

Ces propositions sont pertinentes car, selon les spécialistes de la question du terrorisme, les groupes de radicalisation violente et d’engagement au terrorisme ont des facilités à s’installer dans les États où l’on note une faiblesse de capacité à assurer une inclusion socioéconomique et politique, où il y a des frustrations et des vulnérabilités socioéconomiques, où il existe des communautés marginalisées.

Vous devriez reconnaître que d’énormes localités du Togo, dont la préfecture de Kpendjal présentent les caractéristiques d’une couveuse aux entreprises terroristes par la faute de la gouvernance politique dont vous êtes le principal acteur national.

LA PRÉMONITION DE L’ATTAQUE DANS LE RAPPORT DE L’ONG KONRAD ADENAUER STIFTUNG

Comme une prémonition, après les interpellations de l’ASVITTO en novembre 2021 sur le désastre social et la démission de l’État dans ladite localité au regard des risques d’expansion du terrorisme, le rapport de l’ONG KONRAD ADENAUER STIFTUNG est un excellent outil scientifique et technique qui a tiré sur la sonnette d’alarme comme une intuition en vous appelant à vos responsabilités.

Ce rapport intitulé << la menace djihadiste au nord du Ghana et du Togo : état des lieux et perspectives pour contenir l’expansion>>, publié en Mars 2022 demande à << promouvoir le développement et la bonne gouvernance locale>> dans les régions ciblées en partant du constat ci-après : << Outre le défi militaire que représente la lutte contre les groupes armés, les autorités togolaises et ghanéennes font également face à des problématiques structurelles susceptibles de nourrir l’insécurité. À l’image de l’ensemble des pays de la sous-région, les sociétés ghanéennes et togolaises sont traversées par des tensions communautaires persistantes alimentées par les inégalités économiques, territoriales, et d’accès à l’espace politique et aux sphères décisionnelles>>.

Aussi, on peut lire dans ce rapport : << Le sentiment de marginalisation apparaît toutefois comme un moteur important de l’engagement des plus jeunes dans les groupes armés et criminels. Opportunisme aventureux ou désespérance individuelle nourrissant alors à un niveau supérieur l’expression insurrectionnelle des frustrations collectives.>>

<<L’affirmation de la présence de l’État dans “les zones disputées” par l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base, la réalisation de projets structurants et le renforcement du dialogue entre Forces de sécurité et populations apparaît dès lors comme un des piliers de la stratégie anti-terroriste aux côtés du volet strictement sécuritaire>>.

En clair, l’expansion du terrorisme dans le nord Togo devient une réalité et ce fléau s’adosse sur les inégalités sociales, les frustrations et contestations sociopolitiques.

En considérant cette évidence, le bon sens vous interpelle en premier, car vous en avez la responsabilité, les moyens d’État et le devoir d’agir pour sauver le pays.

Dans notre contexte, la putréfaction avancée du tissu politique exige de nous un véritable sursaut patriotique pour aboutir à une stabilité pérenne.

Le Togo, pour se tirer d’affaire, devra prendre des initiatives pour rassembler toutes ses filles et tous ses fils, y compris ceux de la diaspora, en vue de capitaliser toutes les compétences patriotiques nécessaires pour définir les grands axes des réformes profondes pour une gouvernance profitable aux populations afin d’aboutir aux impérieuses solutions politiques, sociales, économiques et sécuritaires dont notre pays a forcément besoin pour faire face à ce défi.

RECOMMANDATIONS

Pour ce faire, l’Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO), par ma voix, vous fait les recommandations ci-après :

1- Faire doter l’armée d’un matériel de surveillance aérienne ;

2- Équiper les militaires d’engins blindés adaptés à la situation et qui résistent aux mines anti personnelles ;

3- Renforcer les renseignements sur le terrain en mettant à profit les moyens d’État pour l’intérêt général ;

4- Accélérer la construction des routes pour faciliter les opérations terrestres des militaires afin de minimiser les risques des pièges de mines de l’ennemi ;

5- Mettre à profit toutes les potentialités économiques du milieu afin d’employer les jeunes et gagner la confiance sociale des populations : Une mécanisation de l’agriculture pour exploiter la grande plaine avec ses superficies cultivables qui s’étendent à perte de vue et une modernisation de l’élevage et de la pêche de façon accélérée afin d’affaiblir les entreprises terroristes sont des pistes ;

6- Accélérer les programmes d’adduction d’eau potable et d’électrification dans le milieu ;

7- Faire des exonérations considérables de taxes à l’endroit de toutes les entreprises économiques qui souhaitent investir dans le milieu pour rattraper le retard de l’État dans le développement du milieu.

Recevez, Excellence Monsieur le Président, l’expression de ma distinguée considération.

Monzolouwè ATCHOLI KAO

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.