Togo, Lutte contre la Covid-19 : Faure Gnassingbé, le modèle à ne pas suivre

Alors que la maladie fait toujours rage dans le pays, on voit Faure Gnassingbé serrer la main de Samuel Eto’o. Les deux hommes ne portaient même pas de masques. Au lieu de se faire vacciner en premier et donner l’exemple, le chef de l’Etat a envoyé Victoire Tomégah-Dogbé et autres membres du gouvernement essayer le vaccin. Difficile de suivre ce modèle.

Enfin ! La vaccination contre la covid-19 a démarré ce mercredi 10 mars au Togo. Le lancement a été fait par les autorités togolaises. Pour la première dose symbolique de l’effectivité de la vaccination, le Togo a utilisé le vaccin produit par le britannique AstraZeneca et la première personne à avoir été inoculée est la cheffe du gouvernement Dame Victoire Tomégah-Dogbé.

Cette vaccination est la bienvenue quand on sait que depuis quelques semaines, les cas de nouvelles contaminations se recensent par dizaines chaque jour. Surtout dans le Grand Lomé, des foyers de contaminations massives ont été enregistrés. Il faut donc, parallèlement aux activités de vaccination, intensifier la communication et la sensibilisation autour du mal. La réalité est que la majorité des Togolais ont appris à vivre avec la pandémie. Malheureusement, de la mauvaise manière puisque les mesures barrières observées au début de la crise sanitaire dans le pays ne sont plus observées. Les poignées de mains se multiplient, le lavage des mains est abandonné et le port de masque est négligé.

Contre toute attente, le chef de l’Etat, celui-là même qui est censé incarner la lutte contre cette pandémie au plan national et donner l’exemple a opté pour la négligence des mesures barrières. Nous n’inventons rien, Faure Gnassingbé ne donne pas le bon exemple. Alors que ses ministres, ses collaborateurs et les personnes en charge de la gestion de la pandémie s’échinent à convaincre les plus têtus de la nécessité d’observer les gestes barrières, on aperçoit le fils de Gnassingbé Eyadéma serrant la main d’une star de football, ami des plus féroces dictateurs.

En effet, le Camerounais Samuel Eto’o a séjourné au Togo. Il y a rencontré des sommités dont le chef de l’Etat. Les images publiées par la présidence de la République montrent les deux hommes main dans la main, arborant un sourire de fin de pandémie de la Covid-19. Point n’est besoin de demander s’ils n’avaient pas de masques puisque s’ils en avaient mis, comme le recommande le protocole sanitaire en vigueur, on n’aurait pas remarqué leurs larges sourires.

Evidemment, cette image n’est pas passée inaperçue au sein de l’opinion. D’abord, elle n’honore pas le chef de l’Etat d’un pays qui a été récemment classé parmi les plus résilients en matière de lutte contre la pandémie par l’Institut Lowy. C’était probablement une arnaque. Aussi, de nombreuses interprétations ont été données au fait que Faure Gnassingbé et sont hôte se sont serré les mains et sans porter de masques. Sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à se demander si la crise sanitaire était déjà passée. Pour ceux qui émettaient des doutes sur la véracité de cette pandémie depuis le début, cette sortie du couple Faure Gnassingbé-Samuel Eto’o est une aubaine. Ils en ont profité pour dire qu’ils avaient raison quand ils disaient que la Covid-19 était une arnaque mondialement organisée pour priver les populations de leurs droits et à des fins obscures. Cette polémique est provoquée, non pas par un ministre, mais le chef de l’Etat lui-même. D’autres ont carrément estimé que la maladie n’existait pas au Togo, mais que Faure Gnassingbé a décidé de maintenir le pays sous Etat d’urgence sanitaire depuis une année pour des raisons politiques.

Il faut simplement comprendre que par son acte, le chef de l’Etat viole l’Etat d’urgence sanitaire qu’il a décrété lui-même, oubliant que quand on fait une loi, on la respecte, quel que soit son rang. Ce n’est pas une première de sa part, mais la gravité de la situation et le choc que cela a occasionné au sein de la masse l’obligent à réparer le tort qu’il a causé. Sous d’autres cieux, Faure Gnassingbé devrait présenter des excuses publiques aux personnels soignants qui risquent leur vie pour sauver celle des autres, à la Coordination de la gestion de la riposte à la pandémie qui s’efforce à gérer cette situation inédite, aux opérateurs économiques et à la population lourdement éprouvés par cette pandémie, mais surtout à celles et ceux qui ont perdu des proches depuis mars 2020.

Cette apparition sans masque de Faure Gnassingbé n’est que de la récidive. Et pour cause, ce n’est pas la première fois que l’homme s’affiche ainsi. Au début de la pandémie qui a fait son apparition au Togo le 6 mars 2020, il a fallu les obsèques de l’ancien Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly pour voir enfin Faure Gnassingbé s’afficher, masque au visage. C’était le 17 juillet 2020. Avant, il ne le faisait jamais.

L’autre légèreté reprochée au chef de l’Etat, c’est le fait d’avoir envoyé son Premier ministre se faire vacciner alors que lui-même s’offrait du beau temps avec Samuel Eto’o. C’est tout le contraire de ses pairs qui se font vacciner les premiers pour donner l’exemple. Au Ghana voisin, Nana Akufo-Addo a été le premier à se faire vacciner. C’est idéal et responsable. Il n’a pas envoyé son Premier ministre tester le vaccin. On peut d’ores et déjà parier sans se tromper que Faure Gnassingbé n’est pas disposé à se faire inoculer l’AstraZeneca. Et même s’il venait à être mis sous pression, il peut se faire inoculer un placebo, un non-vaccin pour tromper son monde.

Géraud A.

Source : Liberté

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.