Togo, Longévité de beaucoup de magistrats en poste : Pius Agbetomey et Akakpovi Gamatho, coupables !

49

Togo, Longévité de beaucoup de magistrats en poste : Pius Agbetomey et Akakpovi Gamatho, coupables !

Hier, le journal a levé une partie du voile sur la boîte de Pandore. Pendant que des juges « menus fretins » sont balancés au gré des humeurs de leur hiérarchie, il en est d’autres, et ils sont nombreux, tapis dans l’ombre, à voir leurs collègues ballotés d’un tribunal à un autre, sans être ébranlés par les affectations. Désormais, on les appellera les « septénaires ». Mais qui pour assumer cette responsabilité de leur longévité ? Deux noms semblent incontournables. Le ministre de la Justice, Pius Agbetomey et le président du Conseil supérieur de la magistrature Akakpovi Gamatho.

« Accusés, levez-vous ! Vous avez été reconnus coupables de laxisme dans l’exercice de vos fonctions ; vous êtes condamnés à un sursaut d’orgueil lors de la prochaine vague d’affectations ou alors vous vous couvrirez d’opprobre ». Telle est la sentence qui pourrait être appliquée à ces deux « gestionnaires » des carrières des magistrats du Togo. Parce qu’ils ont failli.

Que s’est-il passé pour que Pius Agbetomey, alors Inspecteur général et digne magistrat en soit réduit à laisser pousser la chienlit dans sa juridiction ? Tant la cruche va à l’eau qu’à la fin, elle se casse. A force de fricoter avec certaines personnes, on finit par perdre de sa crédibilité et de son honneur. Le ministre de la Justice osera-t-il avancer qu’il ignorait que dans son répertoire des magistrats, ils sont nombreux à n’avoir pas été affectés depuis la dernière affectation de…2012 ? Répondre par l’affirmative voudra dire tout simplement que l’homme n’est plus à la hauteur et qu’il aurait perdu les repères qui, eux seuls, devraient guider le mouvement au sein de ce corps.

Il y a des postes juteux dans la magistrature, et ce n’est pas un secret. Et si tous ceux qui sont demeurés « indéboulonnables » depuis 2012 rêvent de prolonger leur carrière au même endroit, c’est dire qu’ils en tirent des bénéfices. Et ils sont nombreux à mettre les petits plats dans les grands afin que le duo de tête les y maintienne encore quelques années. Si ce n’est pas de la gourmandise, ça y ressemble beaucoup.

Avec l’effectif des magistrats au Togo, il est surprenant que mathématiquement, toute la carrière d’un juge soit répartie entre quatre affectations, à raison de 7 ans chacune. Une anomalie que Pius Agbetomey et Akakpovi Gamatho feignent de ne pas voir certains. Justement d’Akakpovi Gamatho, parlons-en.

Quand il s’agit de charger des juges pour des banalités, lorsqu’il fallait affecter parce que ceux-ci ont osé s’intéresser à des dossiers sensibles, le CSM ne s’est pas fait prier. Mais quand c’est un fils de juge qui est embourbé dans des dossiers fonciers, ou quand il fallait montrer la voie aux autres en matière d’éthique et de déontologie, on n’a plus vu l’homme au bréviaire.

Des plaignants étaient sur le point de rentrer en possession de leur dû, mais parce qu’il y a un certain président à la Cour suprême, des sursis sont délivrés à tout va. Sans que personne n’ose élever la voix. Simplement parce que c’est le président du CSM qui a parlé.

La justice togolaise est réduite à une histoire de relations, de copinages, de favoritisme. Et les affectations sont faites selon que les juges sont dans les bonnes grâces du duo ou non. Cet état de chose a prospéré tant et si bien qu’aujourd’hui, la magistrature se trouve à la croisée des chemins : la paire Agbetomey-Gamatho optera-t-elle pour un jeu de chaises musicales pour tromper l’immobilisme, ou pour une thérapie de choc ? Les regards sont désormais braqués sur eux deux.

Mais pour ce juge désabusé, « les portes des Cours d’appel sont grandement ouvertes pour les « septénaires » ; le ministre et le futur ancien président du CSM devraient se gêner pour y envoyer tous ceux qui se sont crus intouchables, histoire de leur permettre de digérer le butin à eux servi pendant sept ans ».

Abbé Faria

Source : Liberté No.3000 du Mardi 10 Septembre 2019

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here