Togo-Le MPDD préoccupé par la garde à vue “injustifiée” de Missiagbeto

Le Conseiller spécial du “président démocratiquement élu”, Dr Gabriel Messan Agbeyome Kodjo, est toujours en garde à vue. Paul Missiagbeto a été enlevé à son domicile le lundi 17 mai dernier et gardé depuis ce jour au Service central des recherches et d’investigations criminelles (SCRIC). Son parti, le Mouvement des patriotes pour la démocratie et le développement (MPDD) s’en indigne.

COMMUNIQUE DE PRESSE MDPP DU 27 MAI 2021 :

STOP AU CRUCIFIX DE PAUL MISSIAGBETO

Le lundi 17 mai 2021, Monsieur Paul MISSIAGBETO, conseiller spécial du Président Gabriel Agbéyomé KODJO a été enlevé et gardé à vue depuis ce jour, au Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC), pour des motifs non encore révélés par le Procureur de la République. Rappelons qu’il fut interpellé avec M. Blaise Kokou ADANHOU, un militant du parti qui fut relaxé le lendemain.

Le Bureau politique du MPDD est vivement préoccupé par la prorogation injustifiée de la garde à vue de M. Paul MISSIAGBETO, en dépit du rappel à respecter le délai de garde à vue par le Comité contre la Torture en date du 29 juin 2020. Cette situation porte à croire que c’est maintenant que les agents du SCRIC cherchent des éléments à charge qui vont servir à l’accuser.

Le bureau politique du MPDD redoute la réédition des sordides machinations qui avaient eu cours dans les affaires des incendies des marchés de Lomé et de Kara en 2013 où des innocents avaient été arrêtés et incarcérés en attendant de trouver des témoins accusateurs, dans le seul et unique but de criminaliser les activités du Collectif Sauvons le Togo et l’empêcher de poursuivre sa lutte pour la libération du Togo.

C’est pourquoi, le bureau politique du MPDD prend à témoin l’opinion nationale et internationale, en ayant la quasi-certitude que l’arrestation de Paul MISSIAGBETO et sa garde à vue prolongée jusqu’à ce jour, constituent la poursuite du plan de déstabilisation de la DMK dont la première tentative a échoué à la veille d’une marche pacifique programmée le 28 Novembre 2020, lorsque Gérard DJOSSOU et Mme Kafui ADJAMAGBO JOHNSON avaient été arrêtés et gardés plusieurs jours, sur la base d’accusations grotesques et fallacieuses.

Le bureau politique du MPDD dénonce ces manœuvres qui n’ont d’autres motivations que la diversion sur fond de décapitation de la DMK qui ne cesse à bon droit de revendiquer la victoire confisquée du peuple du 22 février 2020.

Le bureau politique du MPDD tient à rappeler aux tenants de cette ligne radicale que ces pratiques d’acharnement et de harcèlement à l’encontre des défenseurs des droits du peuple Togolais, ne pourront plus prospérer car, le peuple est debout et la seule issue acceptable est de reconnaître la vérité des urnes et de s’y conformer.

Le bureau politique du MPDD demande au peuple de rester vigilant et déterminé pour barrer la voie aux dérives autoritaires qui refont surface dans notre pays.

Fait à Lomé le 27 mai 2021

Pour le bureau politique

Le 1er Vice-Président

Gérard Komla ADJA

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.