Togo-Le détournement des fonds publics, la corruption…au cœur d’une campagne de sensibilisation à Lomé

Mercredi, le Fonds de Solidarité pour la Promotion des Droits Syndicaux, Humains, et le Développement Economique, Social et Culture (FONDESC) a lancé avec ses partenaires à Lomé, une campagne de lutte contre le détournement de fonds publics, la corruption et l’injustice sociale. Des phénomènes endémiques dont fait face le Togo depuis des lustres. Devant la presse, l’initiateur a décliné que l’objectif de ce programme, vise à “informer, sensibiliser, attirer l’attention et enfin mobiliser les gouvernants et les citoyens sur la nécessité de trouver si possible une solution idoine”, peut-on lire dans la déclaration dont nous vous proposons lecture.

DECLARATION SUR LA JOURNEE DE LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE LUTTE CONTRE LE DETOURNEMENT DES FONDS PUBLICS, LA CORRUPTION ET L’INJUSTICE SOCIALE AU TOGO

Chers camarades journalistes,

Chers camarades responsables des organisations syndicales et de la société civile,

Chers citoyennes et citoyens,

Le Togo notre pays est confronté à une situation aussi bien de crime de sang que de crime économique qui compromettent dangereusement les principes de bonne gouvernance, le vivre ensemble dans une société de paix.

Cette situation empêche la réalisation des droits sociaux, économiques et culturels et l’épanouissement des populations des villes et campagnes pour un développement durable :

Il s’agit évidemment des actes de détournements des fonds publics, de la corruption érigée en système de fonctionnement et des crimes de sang opérés par certains citoyens en charges de la gestion des biens publics et qui pour la plupart sont restés impunis ; à cela s’ajoute une profonde et réelle injustice sociale qui ne dit pas son nom.

Cette situation profondément délétère constitue une véritable crise qui doit interpeler la conscience de tout le monde, en partant des dirigeants jusqu’au dernier contribuable, du pauvre paysan au plus riche de notre pays le Togo. Elle doit nous amener à poser des questions sur certaines pratiques dans la gouvernance multiforme de notre pays, à savoir :

Comment peut-on s’acharner contre des voleurs d’œufs en les mettant en prison au détriment de ceux qui détournent des milliards et des centaines de millions de francs dans la gestion des biens publics ?

Comment peut-on s’acharner contre des journalistes dans l’exercice de leur profession en les mettant en prison, au détriment des auteurs de crimes de sang qui ont ôté la vie à leurs concitoyens, et qui de surcroit, continuent de bafouer et de piétiner les droits des familles des victimes qui continuent d’espérer des enquêtes pour une vraie justice

Comment peut-on imaginer que le Togo ne dispose pas d’hôpitaux équipés et de personnel adéquats, d’écoles, de centres de formation professionnelle suffisants pour assurer une bonne éducation et une bonne formation professionnelle aux jeunes diplomés et a ceux qui sont sans diplôme,

alors qu’on finance deux ou trois fois de suite et à cout de milliards la construction d’une même route ? Exemple la voie (Lomé-Vogan, Lomé-Aného, Lomé-Kpalimé, etc).

Comment peut-on penser que les populations des villes et campagnes ne disposent pas suffisamment de l’eau potable, de l’électricité, de logement décent,

bref souffrent cruellement d’absence de services sociaux en lien avec les droits sociaux économiques et culturels pendant que les impôts et les taxes multiformes ne cessent d’augmenter sans oublier les dettes contractées directement par l’Etat auprès des partenaires, dettes estimées aujourd’hui à plus de 1000 milliards de FCFA ?

C’est pourquoi nous avons le devoir de mener cette campagne pour informer, sensibiliser, attirer l’attention et enfin mobiliser les gouvernants et les citoyens sur la nécessité de trouver si possible une solution idoine, voire un vaccin quel que soit le coût pour éradiquer les différents problèmes auxquels la société togolaise est confrontée dans la gestion des biens publics malgré les possibilités existantes de doter le pays de moyens efficaces pour assurer le bien-être des populations en vue d’une véritable justice sociale, gage d’une paix sociale pour un développement durable.

Chers camarades journalistes, chers camarades responsables des organisations syndicales et de la société civile, chers concitoyens, la lutte contre les détournements de fonds publics, la corruption et l’injustice sociale dans notre pays ne doit pas seulement être l’affaire des dirigeants, ni de la HAPLUCIA, mais elle concerne également et peut-ètre beaucoup plus les organisations et surtout les citoyens dans leurs divers rôles de contrôle de l’action publique pour une meilleure participation et une réelle contribution dans la manifestation de la démocratie locale et la bonne gouvernance.

La question de l’instauration d’un véritable Etat de droit exige le respect d’un certain nombre de principes qui prennent en compte la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, les crimes aussi bien économiques que de sang, et surtout la promotion d’une justice sociale dans le cadre d’une répartition équitable des ressources du pays,

Pour y parvenir il nous faut tous un engagement, une détermination dans un élan de solidarité à tous les niveaux, pour créer les meilleures conditions de vivre ensemble pour un Togo meilleur dans un esprit d’unité nationale.

C’est pourquoi les organisations suivantes;

  • Le Fonds de Solidarité pour la Promotion des Droits Syndicaux, Humains, et le Développement Economique, Social et Culture (FONDESC),
  • La Ligue Togolaise des Consommateurs (LCT),
  • La Fédération des Industrie du Togo (FIT),
  • les organisations syndicales membres de la FTBC participants à cette conférence de lancement de la campagne de lutte contre le détournement des fonds publics, la corruption et l’injustice sociale lancent un appel;

Aux autorités togolaises de :

  • faire respecter et appliquer les textes juridiques qui sanctionnent sévèrement les détournements des fonds publics, la corruption, etc ; et qui traduisent les auteurs de crimes de sang et économiques devant les tribunaux
  • Assurer une meilleure répartition des ressources nationales afin de faire bénéficier aux populations de villes et campagnes les vrais acquis des droits sociaux, économiques et culturels, particulièrement en cette période de crise sanitaire couplée de la cherté de la vie

Aux organisations syndicales, de la société civile, aux journalistes et aux citoyens lamda de :

  • Renforcer leur rôle de contrôle citoyen de l’action publique à travers des dénonciations des actes de corruption, de détournements des fonds publics sous toute forme par des actions de sensibilisation, d’information, des émissions débats publics et de saisines des institutions de la république
  • Créer et soutenir un lien de solidarité entre les organisations en vue de mobiliser les énergies dans le cadre de la lutte contre la corruption, le détournement des fonds publics et l’injustice sociale

FAIT A LOME LE 23 MARS 2022

LA CONFERENCE

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.