Togo: le 12 septembre une date qui pourrait rentrer dans l’histoire

 Va-t-on vers une résolution de ce que certains analystes ont pu appeler «crise politique » au Togo ? C’est en tout cas la question qu’il convient de se poser à quelques heures de ce qui pourrait marquer un tournant décisif de la vie politique du Togo

Ce mercredi 13 septembre 2017, l’Assemblée Nationale togolaise passera, en effet, à l’étude de l’avant-projet de loi portant révision constitutionnelle en session extraordinaire. L’adoption de ce texte, devra résoudre une fois pour de bon la récurrente question des réformes politiques qui a été la pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition depuis la signature de l’Accord Politique Global (APG) en août 2006.

Lire aussi : Avant-projet de loi: les surprises de Faure Gnassingbé à l’opposition

Le nouveau texte prévoit

En juin 2013, un projet de loi portant sur le même sujet avait été rejeté par les députés de la majorité présidentielle. Un rejet qui avait été interpréter à l’époque comme une mauvaise foi des députés UNIR.

A quelques heures de l’étude du nouveau texte, plusieurs acteurs, rappelle déjà la nécessité pour les parlementaires d’aller à un consensus autour du nouveau texte.

« La recherche du consensus et l’apaisement demeurent des éléments déterminants pour la poursuite des réformes au Togo » peut-on lire à ce propos sur le compte twitter de la présidence de la République Togolaise.

https://twitter.com/presidencetg?lang=fr

 Que contient le nouveau texte

 Le nouveau texte qui sera mis en examen ce mercredi prévoit en son article 52 la limitation  à deux le nombre des mandats des députés et des (futurs) sénateurs tandis que l’article 59 fixe le mandat présidentiel à cinq ans  renouvelable une seule fois. Quant à l’article 60, il définit un scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour l’élection présidentielle.

TogoWeb.net