Togo, la nécessité de préserver les terres arables et rurales, pour la pérennisation du Togo, la Terre de nos Aïeux

diastocade

La terre, de génération en génération !

La Diaspora Togolaise au Canada pour la Démocratie (DIASTOCADE) constate avec
amertume que la Terre de nos Aïeux connait depuis quelques années une augmentation des phénomènes d’accaparement frauduleux et de bradage des terres arables et rurales à des intérêts étrangers.

La concession-bail de 9000 ha faite récemment à la société Africa Europa Farm (SAF) et au sieur Philippe Pacquier doit inquiéter tout Togolais lucide qui se projette dans l’avenir. Pour information, la superficie concédée de 90 km2 correspond à celle de Lomé sans ses banlieues. D’autres concessions moindres, mais non négligeables, ont été faites également, dans le passé.

Et pourtant, le foncier est un secteur névralgique

Selon les données du PNUD, 60% du territoire togolais est arable et l’agriculture y emploie 65% de la population active. Malgré tout, seuls 2% des agriculteurs togolais ont eu accès à des prêts bancaires en 2019, et 89% des surfaces sont cultivées avec des outils traditionnels (houe, coupe-coupe, daba). Les femmes représentent près de 51% de la population agricole.

Au Togo, la contribution de l’agriculture au PIB (produit intérieur brut) est essentielle et reste toujours supérieure à celle de l’industrie. Toutefois, cette contribution est sur une pente descendante depuis les années 1960, comme l’illustre le tableau suivant :

Une dynamique nuisible à contenir pour éviter de devenir étranger chez soi
Depuis un certain temps, il est donc observé un appétit grandissant des multinationales et de certaines structures mafieuses pour les terres arables et rurales en Afrique. Ce qui est une menace grave sur la sécurité alimentaire et la quiétude sociale. C’est pourquoi des organisations nationales et internationales préoccupées ont souligné l’urgence de réformes foncières.

Des intentions sans implémentations, d’où l’absence de résultats
Le Togo a certes promulgué la loi n°2018‐005 du 14 juin 2018 portant sur le code foncier et domanial et aussi le décret N° 2019-008/PR du 06/02/19 fixant les conditions et les modalités d’occupation du domaine public de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics. La loi de 2018 a abrogé le décret du 24 juillet 1906 portant sur organisation du régime de la propriété foncière dans les colonies.
L’article 6 du nouveau code définit les buts pour lesquels l’État détient le territoire
national. Et l’article 8 défini les obligations pour l’État et les collectivités territoriales en tant que garants de l’intérêt général. L’article 2 du décret de 2019 stipule que les biens du domaine public sont utilisés conformément à leur affectation.
Aussi plusieurs programmes ont été lancés sans l’accompagnement et la volonté
nécessaires, notamment :

  • La révolution verte décrétée en 1975,
  • Le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest-Togo (PPAAO),
  • Le Projet d’appui au secteur agricole (PASA),
  • Le Projet d’appui au développement de l’agriculture au Togo (PADAT),
  • Le Projet de développement rural de la plaine de Djagblé (PDRD),
  • Le Projet d’aménagement hydro-agricole de la basse vallée du fleuve Mono
    (PBVM),
  • Le projet de développement de la production rizicole dans la région de la Kara
    (PDPR-K),
  • Le projet d’aménagement et de réhabilitation des terres agricoles dans la zone de
    Mission Tove (PARTAM),
  • Le Projet de Transformation Agroalimentaire du Togo (PTA-Togo), intégré du PND
    et de l’initiative « Nourrir l’Afrique 2016-2025 ».

Le Togo a aussi signé le protocole de Mozambique qui demande aux pays africains de
consacrer 10% du budget national au secteur agricole, mais cela n’est pas encore
respecté.
La DIASTOCADE réitère par conséquent sa préoccupation pour le manque de vision stratégique dans la gestion du foncier et dans la planification du secteur agricole.
La DIASTOCADE interpelle les autorités togolaises à assumer pleinement leur rôle de garant du foncier et de porteur de vision de société.
La DIASTOCADE souligne la nécessité de ramener l’agriculture au premier plan, pour sortir la majorité de la pauvreté.
La DIASTODE exige conséquemment l’arrêt des bradages de terres agricoles, rurales. Il y va de l’existence du Togo, comme entité libre et souveraine.

Montréal, le 05 juillet 2021
Pour la DIASTOCADE,
Raphaël Gbadoé,
Le Président

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.