Togo, La « maudite » Route Lomé-Vogan-Anfoin : Le Chef-Canton de Vogan Togbui Kalipé IV raconte son calvaire.

834

Les citoyens ordinaires ne sont pas les seuls à vivre la mésaventure liée au retard des travaux la route Lomé-Vogan-Anfoin. Les chefs traditionnels des localités logeant cette route en font aussi les frais. Parmi eux, le Chef-Canton de Vogan, Togbui Odima Kalipé IV. Ils lancent une fois encore un appel pressant aux autorités de prendre leur responsabilité.

Togo, La « maudite » Route Lomé-Vogan-Anfoin : Le Chef-Canton de Vogan Togbui Kalipé IV raconte son calvaire.

« Cette route dont les travaux trainent jusqu’à présent a des impacts négatifs sur la vie de la population de Vogan et ses environs », nous a confié le Chef-Canton de Vogan. En exemple, il cite le calvaire qu’ils subissent en matière de d’entretien de leurs véhicules juste après un aller-retour fait sur cette route.

« Nos véhicules souffrent et ça nous fait dépenser. Moi-même, l’état de cette route-là a mis mon véhicule plus d’une fois au carreau et il a fallu que je dépense énormément pour remettre ça en route. Pas plus que deux mois, j’allais à Tsévié, j’en ai encore payé les frais », a-t-il déploré.

Pour les usagers et ressortissants des villages traversées par cette route, cela leur importe peu si les chefs aussi subissent le même calvaire qu’eux ; mais, ce dont ils se s’inquiètent, c’est ce que font ces têtes couronnées pour que les travaux reprennent, avancent et finissent le plus tôt possible.

« La population a le droit de nous indexer car nous sommes leurs représentants. Elles-mêmes ne peuvent pas aller vers l’administration pour comprendre cette situation », a reconnu le Chef Kalipé IV poursuivant que c’est plutôt à eux d’aller vers l’autorité et avoir des explications qu’ils devront venir partager avec la population.

Et à cet effet, il dit avoir rencontre il y a quelque temps le ministre Gnofam en charge des Infrastructures ; le ministre que les Togolais ont surnommé « le Monsieur grand chantier du gouvernement ». « J’ai été chez le ministre des Infrastructures et il m’a donné ses raisons pour lesquelles la route a trainé jusqu’à présent. Mais il m’a rassuré et missionné d’aller également rassurer les populations que les travaux vont reprendre très bientôt », a-t-il expliqué, en précisant que « seulement le ministre n’a donné aucune date butoir ».

Pour le Chef-Canton de Vogan, les chefs traditionnels ont certes la facilité d’échanger avec l’administration, mais ils n’ont pas de pouvoir coercitif sur cette dernière. « Nous chefs, nous n’avons autorité sur les premiers responsables de l’Etat » mais « nous prions le gouvernement de prendre conscience de l’état de cette route pour faire quelque chose », a déclaré Togbui Odima Kalipé IV, Chef-Canton de Vogan.

Source : Freedom Dzodzi, T228

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here