Togo – Jean-Pierre Fabre : « Pas d’élections dans ces conditions »

143

Malgré la médiation de la Cedeao, le président de l’Alliance nationale pour le changement prône le boycott du scrutin. Selon le chef de file de l’opposition, il subsiste trop de points de blocage.

Jeune Afrique : Le gouvernement estime que vous faites obstruction aux réformes institutionnelles. Qu’en est-il ?

Jean-Pierre Fabre : Vous imaginez que, après avoir organisé les manifestations contre le pouvoir auxquelles le monde a assisté, nous puissions accepter d’aller aux élections dans ces conditions d’opacité ? Non ! Nous ne lâcherons rien sur ce qui va concourir à l’équité et à la transparence des élections.

Ne risquez-vous pas de vous mettre à dos les chefs d’État médiateurs de la Cedeao ?

Non. C’est la Cedeao qui veut régler la crise togolaise à travers les législatives. Elle a donc le devoir de tout mettre en œuvre pour que les conditions de leur bon déroulement soient réunies. Et qu’il n’y ait pas de contestation. Le 30 juillet, nous avons eu une discussion franche et respectueuse avec Alassane Ouattara, mais nous sommes restés fermes sur nos positions : pas d’élections dans les conditions actuelles.

 Nous exigeons 23 sièges de député à Lomé, contre 10 actuellement

Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here