Togo- Jean-Pierre Fabre : « L’union n’est pas un slogan que l’on proclame urbi et orbi pour circonvenir et séduire les populations»

Dans son message de vœux à la nation, le président Jean-Pierre Fabre de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) invite les Togolais à reprendre la lutte pour la reconquête des espaces de libertés perdus. L’opposant précise que son parti est toujours favorable à une union de l’opposition pour mener la bataille du changement. Mais à conditions ! Bonne lecture.

Message de vœux du Président Jean-Pierre FABRE

Président National de l’ANC

Maire de la commune du Golfe 4

A l’occasion de la nouvelle année 2022

Togolaises, Togolais,

Mes Chers Compatriotes,

Nous arrivons au terme d’une année qui aura été tout aussi difficile pour l’ensemble des populations togolaises. Et nous voulons croire qu’elle emporte avec elle, son lot d’infortunes, pour que la nouvelle année qui commence voie renaître et grandir dans les cœurs, la foi, le courage et la confiance qui engagent les grandes actions nécessaires à la réalisation des nobles objectifs d’alternance et de changement que nous nous sommes fixés.

A la veille de la nouvelle année 2022, nous voudrions donc, dans une communion de prières exceptionnelle avec chacun de vous, implorer l’Eternel, Dieu Tout–Puissant pour qu’il accorde, intelligence et discernement, santé et prospérité, à nos familles respectives, et pour que le Togo retrouve la voie de la vérité, celle qui mène vers la liberté, la justice et l’indépendance.

Togolaises, Togolais,

Notre pays continue de souffrir des graves conséquences des agissements de charlatans qui ont abusé de l’aspiration profonde des togolais au changement pour propager avec un aplomb inqualifiable, les théories les plus curieuses qu’une analyse sérieuse et froide aurait anéanties.

A coup de mensonges, de bluffs et de leurres, à coup de mystifications et de fanfaronnades, ces imposteurs ont réussi à corrompre l’intellect de citoyens, agressant en permanence les véritables opposants et faisant du même coup, la part belle au pouvoir oppresseur qui maintient le Togo et le peuple togolais sous le joug de la dictature depuis plusieurs décennies.

Voilà comment ils ont mis un coup d’arrêt à la lutte engagée par le peuple togolais pour s’émanciper de cette dictature. Le temps d’un battement de cils, ils ont ruiné avec une insoutenable légèreté, les sacrifices et les efforts consentis pendant des décennies. Ils n’ont pas hésité à offrir leur complicité au régime RPT/UNIR pour réduire voire fermer de nombreux espaces de liberté conquis de haute lutte par les forces vives de la nation togolaise. Sur le territoire national et au sein de la diaspora, ils continuent d’affabuler et de forger des mensonges odieux qu’ils propagent allègrement et impunément pour maintenir, entretenir ce coup d’arrêt. Faire obstacle, empêcher toute remobilisation des populations, tel semble être leur agenda à peine voilé.

Mes Chers Compatriotes,

Nous devons nous remobiliser et nous engager de plus bel, pour continuer efficacement notre lutte commune pour l’alternance et le changement. Les récentes mascarades de la CNAP en révèlent l’absolue nécessité. Et j’ai la ferme conviction que les populations togolaises s’y préparent résolument, maintenant qu’elles ont compris, maintenant qu’elles ont les yeux dessillés.

Oui, j’ai une totale confiance dans l’engagement et la détermination dont les vrais militants de l’opposition sont capables. À cet égard, je puis vous assurer que nous n’avons jamais cessé d’être mobilisés. Nous n’avons jamais baissé la garde face à l’oppresseur. Au contraire, nous avons poursuivi la lutte sur les divers fronts ouverts et nous entendons maintenir nos efforts tout au long de la nouvelle année, sur le territoire national et dans la diaspora pour mobiliser l’ensemble des forces vives de la nation, en vue de l’objectif commun.

Pour l’heure notre plus grand souhait est que chaque famille puisse vivre un moment de réconfort et de joie durant ces fêtes de fin d’année et du nouvel an. Et ce, en dépit d’un environnement sociopolitique rendu difficile par la cherté de la vie, les menaces et les restrictions liées à la recrudescence de la propagation de la pandémie à la covid-19, les abus d’autorité et de pouvoir avec les entorses flagrantes aux libertés et droits fondamentaux des citoyens, l’instrumentalisation de la justice et les dérives de la gouvernance.

Nous ne pouvons nous empêcher d’avoir une pensée émue pour tous les camarades tombés durant notre lutte. Ils sont si nombreux. Tous sans exception sont si chers à nos cœurs. Et, comme vous, je sens en particulier le vide que nous laisse la disparition de collaborateurs si proches et quasi quotidiennement au travail avec et autour de moi.

Je puis notamment citer Claude MIKEM, Crosby QUIST, Marcus CODJO. Tous trois membres du Bureau National. Tous trois membres du Comité Exécutif. Tous trois membres du Comité Politique. Tous trois membres du Comité de rédaction de l’ANC. Tous trois Conseillers municipaux. Disparus en si peu de temps. Qu’ils reposent en paix.

Je puis également citer Raymond Koussougbo et Thomas Vodis, tous deux conseillers municipaux, et tous deux présidents fédéraux loyaux et dévoués.

Nous leur rendons ici un très vibrant hommage en réitérant notre compassion et notre solidarité à toutes les familles affligées.

Nous pensons aussi aux victimes des massacres et des passages à tabac du pouvoir RPT/UNIR, ainsi qu’à toutes les personnes abattues de sang-froid au cours d’opérations policières de répression.

Nous demandons aux autorités togolaises de faire cesser les actes de violences exercés sur les citoyens par les éléments des forces de l’ordre et qui se traduisent par des pertes en vies humaines. Nous demandons également que les auteurs soient identifiés et remis à la justice pour être jugés et punis conformément à la loi.

C’est le lieu de dénoncer et de condamner de nouveau et sans réserve l’instrumentalisation d’un état d’urgence sanitaire interminable qui permet au pouvoir d’entretenir un climat de violence et de terreur dans le pays, avec les graves atteintes aux droits et libertés publiques, la multiplication des arrestations arbitraires y compris de journalistes, les détentions sans jugement, l’interdiction des manifestations publiques pacifiques et les entraves au libre exercice des activités des partis politiques.

Nous continuons d’avoir une pensée compatissante pour les femmes et les commerçants ruinés dans les incendies des marchés en janvier 2013 et abandonnés depuis lors à leur triste sort. Nous pensons aux victimes des braquages à répétition. Nous pensons aux jeunes en détresse, confrontés à un chômage endémique et à un népotisme sournois. Nous pensons enfin aux prisonniers politiques, qui croupissent en prison pour avoir manifesté leur opposition au régime en place.

A tous, nous renouvelons notre pleine solidarité et notre plein soutien, en exigeant la libération de tous les prisonniers politiques.

Togolaises, Togolais,

Mes Chers Compatriotes,

La reconquête de nos espaces de libertés perdus tient à chacun et à chacune d’entre nous. Il nous faut pour cela, sortir notre lutte commune de l’enlisement dans lequel une bande de prestidigitateurs l’ont plongée et tentent de l’y maintenir à la satisfaction de la dictature du RPT/UNIR.

Aujourd’hui, l’ensemble de l’opinion nationale est édifié sur les manœuvres sordides qui ont conduit à cette situation. Et il est réconfortant de constater que les vrais combattants de la liberté et de la démocratie demeurent disponibles pour poursuivre avec la rigueur et le sérieux requis, la lutte exaltante que nous avons toujours menée aux côtés du peuple togolais pour la libération de notre cher pays le Togo.

Mais nous devons ouvrir les yeux et faire désormais preuve de vigilance et de discernement. Nous sommes favorables à une véritable union de l’opposition pour mener la bataille du changement. Mais l’union n’est pas la fusion ou l’uniformisation. L’union n’est pas la candidature unique. Et l’union mal comprise crée des dégâts considérables dans la lutte de libération du peuple togolais. L’union n’est pas un slogan que l’on proclame urbi et orbi pour circonvenir et séduire les populations qui n’y voient que du feu. Elle n’est pas une stratégie visant à éliminer un partenaire. L’union n’est pas une formule magique qui permet d’éviter la lutte pour l’assainissement du cadre électoral. Au contraire ! ‘’L’Union est un combat’’ qui se pratique dans la sincérité et la vérité. Voyez ce que ceux qui s’en sont proclamés les chantres, ont fait en son nom : un gâchis politique sans précédent !

Je demande donc à tous de décrocher de la chimère ambiante et de rejoindre, à nos côtés et aux côtés des vaillants combattants de la liberté et de la démocratie, c’est-à-dire aux côtés du peuple togolais mobilisé, la lutte véritable pour la véritable alternance et le véritable changement qui feront de notre pays, une terre de liberté et de justice, une terre de solidarité et de prospérité partagée.

Vive le Togo libre et démocratique !

Bonne et heureuse année 2022 à tous,

Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse !

ABLODE !… ABLODE !… ABLODE GBADJA !

Fait à Lomé, le 30 décembre 2021

Le Président National de l’ANC

Maire de la Commune du Golfe 4

Jean-Pierre FABRE

Source : icilome.com