Togo-Harcèlements sexuels dans les hôpitaux : Avis à ceux qui jouent au Rambo et menacent les victimes

Harcèlements sexuels dans les hôpitaux. C’est le nouveau dossier qui éclabousse le secteur de la santé au Togo. Mais le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) a décidé de combattre ce fléau. Si les victimes sont encouragées à parler, elles ne sont pas aussi à l’abri de menaces et d’intimidations de la part de leurs bourreaux (sic).

Mardi dernier au cours d’une conférence de presse, le SYNPHOT a soulevé les grandes difficultés auxquelles font face ces agents de santé victimes de harcèlement sexuel dans les hôpitaux du pays. Menaces et intimidations, voilà ce qu’est devenu leur quotidien.

« Avant même qu’on ne parle de ça, il est clair qu’il y a beaucoup de menaces, d’intimidations, même pour que les gens n’aient pas le courage de venir parler. Mais une fois que les gens franchissent le pas, parlent et qu’on a fait maintenant un travail pour porter au dehors l’information, c’est que nous nous engageons aussi à les protéger », a indiqué Dr Gilbert Tsolenyanu.

Et d’ajouter : « D’ailleurs je crois qu’aujourd’hui, personne n’a intérêt à vouloir jouer au Rambo en continuant par menacer ou bien intimider ces victimes-là. A un moment donné, si le vase déborde, les gens-là en auront pour leurs menaces aussi (…) On va même jusqu’à leur dire qu’on ne peut pas les croire ».

A en croire le Secrétaire Général du SYNPHOT, le phénomène ne touche pas que les jeunes filles, mais également des femmes au foyer. « Il y a eu des femmes mariées qui se sont plaintes aussi », a-t-il relevé.

Dr Gilbert Tsolenyanu précise que ces harcèlements sexuels se passent dans différents contextes : « Il y a les contextes de garde, des contextes journaliers où peut-être que vous êtes invitée à aller faire un compte rendu d’une activité ou d’une surveillance (…) Il y a des fois des attouchements, même des fois des questions, des paroles déplacées où il y a même de l’insistance (…) Au niveau universitaire, à la Fac ou dans les écoles paramédicales, il y a ces genres de choses qui se passent où les étudiantes nous font cas des harcèlements d’une insistance de ces personnes-là (…) Pour certains témoignages, certaines (victimes) ont fait cas de harcèlement jusqu’à domicile », a-t-il déploré.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.