Togo-Ferdinand Ayité : « C’est Dieu qui veille sur nous dans ce pays »

Ferdinand Ayité

Le confrère Ferdinand Ayité n’est plus à présenter. Il fait également partie des journalistes sélectionnés pour être ciblés avec le logiciel espion Pegasus en 2018.

Les dernières révélations de Forbidden Stories font froid dans le dos. Au Togo, le régime de Faure Gnassingbé ne lésine pas sur les moyens pour espionner certains hommes de médias devenus très gênants.

Ferdinand Ayité, Directeur de publication du journal d’investigation « L’Alternative » n’est pas épargné. L’homme est dans les viseurs du pouvoir de Lomé depuis déjà plusieurs années. Ces enquêtes démangent au plus haut point le régime corrompu des Gnassingbé.

« Savoir que mon téléphone a été ciblé par Pegasus comme le révèle cette enquête mondiale dont le Monde publie une partie aujourd’hui nous invite à plus de prudence. J’ai été informé il y a un moment par des experts que mon téléphone a été sectionné par Pegasus. C’est flippant. C’est Dieu qui veille sur nous dans ce pays. Nous n’avons plus de vie privée. Quelqu’un a décidé de nous suivre à la lettre. Dieu est grand », a écrit Ferdinand Ayité sur son compte Facebook.

Faut-il le préciser. Ferdinand Ayité n’est pas le seul confrère togolais ciblé par ce logiciel espion très coûteux, Pegasus, une technologie vendue par l’entreprise israélienne NSO à des gouvernements du monde entier. Il y a également Luc Abaki, l’ancien Directeur de LCF et Carlos Ketohou, le Directeur du journal L’Indépendant Express dont le récépissé de parution a été récemment retiré par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), suite à sa parution parlant de vol de cuillères dorées.

Des journalistes critiques, le régime togolais n’en veut visiblement pas.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.