Togo : « Faurevi » et la transition au Mali, de la poudre de perlimpinpin

Transition. C’est le mot qui et sur les lèvres du jeune doyen et de son premier cercle depuis un temps. Qui se démènent tel un beau diable dans de l’eau bénite pour réussir la transition au Mali et au Tchad. Mais quand il s’était agi de transition au Togo en 2017, «Faurevi » et sa minorité pilleuse étaient dans tous leurs états comme pris de transe. Ils n’ont pas hésité à lâcher la soldatesque et les milices sur les populations à qui ils ont redessiné le portrait pour certains et envoyé six pieds sous terre pour d’autres. Le crime de lèse-majesté commis par les Togolais est d’être descendus dans les rues comme des fourmis magnans pour exiger la fin de la dictature qui leur a causé tant de torts. Comme quoi ce qui est bon pour les autres la transition pour laquelle « Faurevi » se bat pour les Maliens et Tchadiens-, ne l’est pas pour les Togolais. Simplement parce que c’était son fauteuil qui était en jeu et personne n’avait le droit de le toucher. Son papa ne lui avait-il pas dit de ne jamais lâcher le pouvoir?

Sauf qu’au Mali, les choses ne se passent pas sur des roulettes russes comme l’aurait souhaité le jeune doyen. La transition pour laquelle « Faurevi » avait consacré beaucoup de temps et d’énergie à bâtir, s’est effondrée comme un château de cartes. Remise de compteur à zéro, tout est à refaire. Certains croient avoir trouvé les causes de l’échec de la transition malienne. Ces causes ne sont autres que ceux qui se sont improvisés médiateurs et qui ont pris leur bâton de pèlerin pour mener une mission de bons offices au Mali. Alors que dans leur propre pays, ils sont des hors-la-loi qui ne respectent personne ni même les textes et lois qu’ils se sont eux-mêmes donnés.

« Tiens, on dirait que le vaccin de la CEDEAO est inefficace contre le variant malien. Mais c’est comme ça. Quand une institution régionale est dirigée par des gens qui ne respectent rien eux-mêmes », a moqué l’ancien ministre ivoirien Gnamien Konan.

Putsch dans un putsch, c’est ce qui se passe au Mali. En tout cas, quand des putschistes soutiennent des putschs ailleurs, ça finit par déboucher sur d’autres putschs. Que vont ‘faire maintenant les chantres de la transition ? Organiser un nouveau putsch contre les re-putschistes, Assimi Goïta et les siens? Wait and see!

Source : Liberté N°3394 du Vendredi 28 Mai 2021

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.