Togo : du nouveau dans l’affaire Jean-Paul Oumolou


Depuis plus de deux mois, l’activiste politique et proche du candidat malheureux de la dernière présidentielle au Togo, Agbéyomé Kodjo, Jean-Paul Oumolou est interpellé de façon rocambolesque à Hedzrnawoè, un quartier de Lomé, alors que l’intéressé résidant en Suisse est rentré au pays pour un court séjour. Incarcéré dans les locaux des services de renseignements où sa santé ne cesse de dégrader selon ses avocats, le dossier sur le plan judiciaire n’a connu aucune évolution depuis lors. Il n’a eu accès à aucun juge. Ce qui fait que le collège de ses avocats est monté au créneau.

Lire aussi : CAN 2022 : le nouveau Sheyi Adebayor repéré en Côte d’Ivoire

Après 7 jours de garde à vue, ce qui est contraire au droit international dont le Togo est partie prenante, ce n’est que le 12 janvier 2022 que l’ancien délégué des étudiants de l’Université de Lomé a été entendu par un juge d’instruction qui aurait pris en charge son dossier.


Dans un communiqué rendu public et dont nous avons eu une copie, le collège des avocats de Jean-Paul Oumolou tient « à protester vigoureusement contre la privatisation illégale de libertés infligée à notre client de même que les tortures, les conditions de sa détention et le rejet de sa prise en charge médicale par Pr James Comlanvi Dénis, médecin de son choix ».

Lire aussi : Affaire Mali : que cherchait Faure Gnassingbé chez Assimi Goïta ?

Le collectif des avocats demande aux juridictions togolaises d’instruire le dossier de l’ancien Coordinateur de la section estudiantine du Mouvement patriotique du 5 octobre (MO5) conformément aux règles de droits humains et des principes issus des conventions internationales auxquels le Togo à adhérées, ainsi qu’au visa de la constitution togolaise.

« Une instruction rapide de ce dossier s’impose », écrivent Mes Riglaire, Ihou et Nognami qui précisent que le Togo ne doit pas ignorer que Jean-Paul Oumolou est sous protection du Haut conseil des réfugiés (HCR) et à ce titre, le Collectif se réserve le droit d’user les textes en la matière pour mettre en cause l’Etat togolais pour violation du droit attaché à la protection internationale des personnes.

Lire aussi : Vaccination des 12 ans : l’Eglise fixe des conditions

Faut-il le rappeler que JPO pour ses intimes, est un activiste politiques togolais, proche d’Agbéyomé Kodjo, nommé ambassadeur par ce dernier. Il est connu pour ses critiques acerbes contre le régime en place au Togo d’où son arrestation. Plusieurs organisations de la société civile et partis politiques ont condamné son arrestation et ont imputé l’entière responsabilité au gouvernement au cas où il lui arrivait quelque chose de fâcheux.

Avec Togo Scoop



Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.