Togo-Dr Kodjo : « Nous ne légitimons rien »

La présence de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) à la dernière réunion organisée par le gouvernement sur l’extrémisme violent et les attaques terroristes au Togo, pourrait-elle être perçue comme une légitimation du pouvoir de Lomé II. Mais cela n’en est rien, dixit Dr Kodjo.

Selon l’opposant togolais en exil et qui s’autoproclame « président démocratiquement élu du Togo », la participation de la DMK à cette rencontre d’information n’insinue pas qu’elle a trahi son combat contre la réélection de Faure Gnassingbé à la présidentielle de 2020.

« Il s’agit d’un sujet qui détermine l’avenir de notre pays. On parle de terrorisme, avec ce qui s’est passé dans la région des Savanes et pour lequel nous demandons une clarification et la mise en place d’une commission d’enquête indépendante, s’il le faut même internationale. Ce n’est pas une discussion que le régime engage avec la classe politique. C’est une réunion d’information. Nous avons décidé d’envoyer une délégation pour écouter. Il n’y a aucune discussion préalable », a confié Agbéyomé Kodjo au confrère Courrier d’Afrique.

L’ancien Premier ministre ne reconnait toujours pas la légitimité du régime de Faure Gnassingbé. « Nous ne légitimons rien, la preuve, nous avons convié la population à observer quatre jours de deuil et de prière pour les personnes trucidées dans la région des Savanes », s’est-il défendu.

Dr Agbéyomé Kodjo continue d’accuser le locataire de Lomé II d’avoir tenté de le « suborner » par « ses émissaires ». Il invite par ailleurs la Communauté internationale à « revoir sa copie dans un pays où toutes les institutions sont instrumentalisées », au risque de voir « le même scénario se reproduire en 2025 et 2030 ».

Source : icilome.com