Togo-Dr Christian Spieker : « Djimon Oré, Ferdinand Ayité, Jean-Paul Omoulou et les autres…n´ont pas leur place en prison »

À chaque instant, je ne cesse désormais de me demander, pourquoi le Togo mérite-t-il ce sort depuis que ce pays est créé ? Ça va de brutalité en brutalité, de brimade en brimade, de division en division et de désespoir en désespoir. Même si le peuple est dépassé et ne dit plus rien, en laissant ses droits les plus élémentaires piétiner par ceux qui le dirigent sans aucun sentiment d´humanité, cela peut-il être une raison pour eux d´agir ainsi envers leurs propres frères et sœurs? Ça m´attriste profondément. Dans ces conditions pouvons-nous atteindre un jour notre objectif d´Unité, assigné à UNSER Land, notre mouvement en voie de création, pour l´édification et la réunification de notre Togo ? Aidez-moi à répondre à cette question.

Ces régimes forts, tels que semi-présidentiel et présidentiel dans nos systèmes politiques en Afrique ne sont pas adaptés à la culture africaine. Nous aimons trop l´autorité en Afrique. Or, c´est d´elle que découlent la force et la violence. En Afrique, nous aimons faire souffrir nos prochains parce qu´on a la force en main. On a la brutalité dans la culture. Même dans la simple parole on est violent envers son prochain, à plus forte raison ceux qui ont la force et le pouvoir d´autorité en main. La moindre critique ou opinion exprimée, on la qualifie d´outrage et on jette ses propres frères en prison sans se poser même la question de savoir pourquoi ces gens-là s´expriment ainsi avec ce ton à leur égard ? Les dirigeants devraient chercher d´abord la raison du comportement de ceux qui expriment leur mécontentement dans la parole et la critique avant de les culpabiliser. En Afrique on ne supporte plus la moindre critique quand on est investi du pouvoir d´autorité. Pourtant c´est par des critiques qu´on peut faire avancer un pays et s´améliorer quand on a le destin d´un pays en main car tout homme est faillible et susceptible de commettre d´erreur. La critique améliore l´homme, et l´homme politique surtout. Tout homme politique qui ne supporte pas les critiques ne peut pas diriger un pays avec perfection.

Cherchons un système politique qui est adapté à notre pays et qui dilue un peu le pouvoir exécutif car ce dernier se transforme souvent en pouvoir autoritaire en Afrique et c´est le régime parlementaire qu´il nous faut au Togo pour diluer cet excès. C´est comme mettre un peu de l´eau dans le vin. On n´a pas d´autres solutions quand on voit comment le Togo est conduit. Un jour vous me donnerez raison pour cette clairvoyance. Si on veut sauver ce pays, il faut obligatoirement passer en régime parlementaire. Regardez comment le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif sont réduits en simples instruments d´exécution entre les mains du pouvoir exécutif. Il y a un total déséquilibre entre ces trois pouvoirs. Il est urgent d´agir dans la bonne direction. Le temps compte. Rien ne va dans le pays. C´est un constat sincère et objectif. Qui peut me dire qu´il y a équilibre entre ces trois pouvoirs au Togo s´il est objectif?

Alors qu´en Allemagne le pouvoir le plus fort des trois (exécutif, législatif et judiciaire) est le Bundestag (parlement allemand, c´est-à-dire le pouvoir législatif). La preuve en est que c´est au Bundestag face à la présidente du Bundestag, madame Bärbel Bas que le nouveau chancelier Olaf Scholz a prêté serment le 8 décembre 2021 en jurant sur la Loi fondamentale tenue par elle, qu´il va la respecter.

Quand on a le cœur et on connaît la justice et le droit d´autrui on ne peut pas avoir la conscience tranquille face à ces souffrances de nos compatriotes qui sont jetés en prison au Togo. Certains-mêmes y laissent leur vie. Cette façon de diriger un pays ne donne aucune chance à un pays d´avancer. Nos concitoyens qui participent au développement du pays et paient les impôts n´ont plus le droit d´exprimer leur opinion contraire à celle de ceux qui ont le pouvoir en main. Dites-moi, qu´est-ce qui différencie aujourd´hui la souffrance de nos aïeux, provoquée par les colons avant les indépendances et celle infligée à nos propres frères aujourd´hui par ceux qui nous dirigent ? Honnêtement je ne vois aucune différence. Pourtant nous sommes devenus un pays indépendant depuis 1960 et on a fait de beaux textes de loi ( à citer même notre Constitution de 1992) qui laissent croire qu´on est dans un État de droit. Pouvons-nous avoir un jour l´Unité dans ce pays sans laquelle même aucun avancement digne de ce nom ne sera possible? À cette allure, le pays n´a aucun espoir de pouvoir s´en sortir.

Mes chers concitoyens qui sont au pouvoir et à qui j´ai beaucoup du respect, revoyez votre conception du pouvoir et la façon de l´exercer, sinon vous hypothéquez irréversiblement l´avenir de ce pays. Le pays va mal, très mal. Les Togolais ne sont pas du tout heureux de leur pays et de la manière dont il est conduit. Ils souffrent dans leur chair et âme. Pendant les élections prochaines, qu´est-ce que vous allez dire à ces concitoyens pour revoter pour vous ? De toutes les façons, vous ne comptez pas sur leur vote pour gagner mais sur votre force brutale et l´argent du pays que vous avez à votre disposition et dont l´usage n´est jamais fait à bon escient.

Pardon, mettez l´être humain et ses droits fondamentaux au centre de vos actions, sinon vous ne laissez aucune chance à ce pays d´avancer. Lorsque vous voyez vos frères et sœurs souffrir en prison pour leurs opinions, quel ressentiment avez-vous ? Cela ne vous tord-il pas de douleur dans le cœur ? Pourtant le Togo est un pays où la plupart de nos dirigeants sont des chrétiens pratiquants. Où est cet amour en vous que doit avoir un bon chrétien ? Au nom de cet amour de chrétien, pensez à la souffrance de nos frères qui croupissent en prison juste à cause de leurs opinions exprimées, sinon il y aura un grand écart entre « le faire et le dire, c´est-à-dire entre la parole et l´action» de vous. Aucune unité des filles et fils de ce pays ne sera possible dans ces conditions alors que c´est nécessaire.

Il y a une chose que vous avez peut-être oublié. Lorsqu´un être humain se voit priver de ses droits reconnus par les textes de loi, à un moment donné, ça l´amène à les réclamer d´une manière irrespectueuse et à tenir des propos qu´on peut qualifier d´irrespects à l´égard de ceux qui sont investis de pouvoir d´autorité. Vous reprochez aux gens de n´avoir pas bien parlé. Mais la question de bon sens à se poser, serait : pourquoi ces gens là tiennent-ils ces propos irrespectueux envers vous, les autorités ? Si vous arriviez à donner la réponse à cette question, je pense que vous verriez que cela ne vaudrait pas la peine de qualifier leurs propos d´outrage car c´est la privation de leurs droits élémentaires qui déclenche ce mécontentement dans leur parole et entraîne par conséquent un excès de langage dans la critique.

Djimon Oré, Ferdinand Ayité, Jean-Paul Omoulou et les autres arrêtés pour des raisons politiques n´ont pas leur place en prison. Ce qui m´attriste encore plus, c´est le cas de Fovi katakou, qui est aussi arrêté, un handicapé qui a besoin d´aide à tout moment pour ses mouvements. Il faut un peu d´humanité dans vos actes. Ce sont des patriotes qui aiment seulement leur pays et pour ce simple fait, expriment leurs opinions. Cherchez les causes ou les raisons de leur mécontentement et non les conséquences qui en découlent.

Moi, je prône l´Unité des enfants de ce pays et je continuerai par la prôner pour le bonheur de tous. La manière dont le Togo est dirigé est contraire à mon idéologie et ma conviction de Djama.

Ensemble pour UNSER Land. Ensemble pour NOTRE Pays. UNSER Land nous appelle tous à l´Unité.

Source : icilome.com