Togo-Dr Christian Spieker appelle les Togolais à l’unité

Le comportement de certains de nos aînés avant l´indépendance a largement contribué à l´échec de l´unification du Togo sous tutelle de l´administration britannique et française. Ce comportement similaire est encore observé aujourd´hui au sein de la classe politique togolaise très divisée. Comme disait un penseur et écrivain : « une erreur médicale tue un malade mais une erreur politique tue tout un pays ». Au Togo cette erreur politique continue de détruire le pays. Il faut des dirigeants et hommes politiques responsables. Or, au Togo c´est tout le contraire qui se produit. L´intérêt du pays est relégué au second rang au profit de l´intérêt personnel ou particulier. Un pays n´avance jamais dans ces conditions, croyez-moi.

L´ennemi du Togo n´est pas l´extérieur. C´est le Togolais lui-même qui nuit à son pays. Tant qu´il n ´y a pas une prise de conscience, le Togo ne sera jamais ce qu´il devrait l´être. Sans l´esprit d´unité et d´amour pour ce pays, il sera en perpétuelle souffrance. Quel héritage voulons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants ? Que l´on veuille ou pas, sans notre unité pour la cause commune qui est le Togo, nous ne verrons jamais ce pays avancer. On sera tous devancés par les pays voisins.

Unité ne veut pas dire épouser la même opinion politique ou appartenir à un même parti politique mais faire prévaloir l´intérêt du pays sur l´intérêt partisan ou particulier dans les moments difficiles malgré la divergence d´opinion politique des uns et des autres. C´est ce que fait toujours l´Allemagne.

En 1955 dans le rapport spécial de la Mission de visite du Conseil de tutelle de l´ONU dans les deux territoires du Togo sous tutelle, la Mission a signalé dans son rapport spécial que sur la question des Éwés et de l´unification du Togo, les habitants de la région nord du Togo sous administration britannique étaient, pour la plupart partisans de la suppression de la frontière entre le Territoire sous tutelle (Togo britannique) et la Côte-de-l´Or (actuel Ghana) et qu´ils étaient hostiles à toute unification des deux territoires du Togo sous tutelle. Les habitants originaires du Ghana sont nombreux au nord dans cette partie du Togo britaannique.

Au lieu d´organiser le référendum pour les seuls Togolais qui vivaient dans le Togo britannique, ce référendum a été organisé pour tous les habitants qui y vivaient, Togolais et Ghanéens. Ces Ghanéens n´allaient pas voter pour la réunification du Togo mais au contraire pour le rattachement au Ghana.

Dans la partie sud du Togo britannique les deux partis politiques: Togoland Congress et All-Ewe Conference voulaient que l´unification des deux territoires du Togo sous tutelle soit faite immédiatement et confiée à un Haut-Commissaire des Nations Unies qui aurait pleins pouvoirs pour administrer le Territoire unifié pendant cinq ans et à la fin duquel le Togo unifié sera proclamé indépendant.

Dans le Togo sous administration française, les avis aussi sont divergents sur le sujet comme dans le Togo britannique.

Comité de l´Unité Togolaise (Parti de Sylvanus Olympio) et Juvento soutiennent l´unification immédiate des deux territoires togolais placés sous tutelle dont l´administration provisoire sera confié à une Haute Commission des Nations Unies et après l´unification, le pays sera proclamé indépendant.

Donc, le souhait du Togoland Congress et de All-Ewe Conference (dans Togo britannique), est le même que celui du Comité de l´unité togolaise et de Juvento (dans Togo français) : unification immédiate des deux territoires togolais sous tutelle et après l´unification, l´indépendance du pays.

Une partie de ce malheur qui a contribué à l´échec de l´unification du Togo, c´est même ici dans le Togo sous administration française avec les deux partis pro-français : PTP et UCPN :

Parti togolais du progrès ( parti de Nicolas Grunitzky) et Union des chefs et des populations du Nord-Togo dont la France était à la base de la création pour contrer Sylvanus Olympio au nord du Togo, posent quant à eux une condition pour l´unification des deux territoires divisés. Ils acceptent l´unification sous condition : le territoire résultant de l´unification devait être placé sous administration française afin qu´il puisse continuer à évoluer dans le cadre de l´Union française, sinon pas d´unification, soutenaient-ils.

Vous voyez comment la division des hommes politiques peut coûter très à ce pays et à son évolution.

Aujourd´hui encore notre pays est divisé au sein de la classe politique par le même comportement que celui qui avait contribué à l´échec de l´unification du Togo d´hier.

La division d´hier de nos aînés qui a entraîné l´échec de l´unification du Togo, devrait nous servir de leçons d´unité pour construire l´avenir de ce pays mais malheureusement on n´en a tiré aucune leçon d´unité. Nous disons souvent mon frère, ma sœur, pour désigner que nous sommes de même pays, mais en réalité ce n´est que dans la bouche. Nous sommes tous animés de comportement tribaliste et régionaliste ou du moins servir l´intérêt du colon français si ce n´est pas le cas, au détriment de notre propre pays. Ça freine l´avancement de notre pays.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.