Togo-Dr Albert Kate appelle les autorités plutôt à des incitations douanières

L’office togolais des recettes (OTR) a beau rappeler que les tarifs douaniers n’ont pas changé à l’aéroport international de Lomé. Mais les inquiétudes demeurent, poussant Dr Albert Kate à exhorter les autorités à miser sur les incitations douanières.

Très actif dans la diaspora togolaise, Dr Albert Kate semble avoir fait de la vie chère dans son pays d’origine un combat personnel.

En effet, le délégué du Haut conseiller des Togolais de l’extérieur aux Etats Unis, leader d’opinion, bien qu’établi à l’étranger suit de près ce qui se passe au Togo. Selon donc lui, « L’approche de l’OTR pour faire contribuer les Togolais de la Diaspora au PND angoisse les citoyens au jour le jour ».

« Pour augmenter les revenus, l’emploi et les investissements, offrons les incitations douanières, la réduction des frais de douanes que de surtaxer les marchandises », rappelle celui qui est également administrateur public.

Bien avant cette sortie dans une publication sur son compte twitter, M. Kate protestait déjà contre ce qui se passe à l’aéroport international de Lomé. « Les Togolais de la diaspora sont choqués par les tarifs douaniers à l’aéroport de Lomé sur les effets personnels des voyageurs, suite à une publication de l’OTR », priant les autorités à « être sensibles aux cris et doléances de notre illustre diaspora qui mérite encouragements ».

Tout part de ce qu’un Togolais, de retour au bercail, a vu ses effets personnels taxés. L’indignation suscitée par une telle pratique dans le pays et dans la diaspora (surtout la plus concernée), oblige l’Officie togolais des recettes à souligner qu’en réalité rien n’a changé dans sa pratique tarifaire à l’aéroport international de Lomé.

Selon donc les explications fournies par Philippe Tchodié, le Commissaire général de l’OTR, et rapportées par le député Gerry Taama, sur sa page Facebook, tout continuerait de se faire comme avant.

« Je donne un exemple. Tout ce que nous achetons en duty free à l’étranger, nous sommes supposés payer la tva dans le pays du destinataire final donc au Togo. Et si vous lisez la brochure, les limites sont vite atteintes, mais la plupart du temps, ça passe pour le plus grand nombre, et quand bien même la douane intercepte certains articles, ça se négocie plutôt. A titre de comparaison, si on appliquait toutes les taxes sur un téléphone neuf à la douane par exemple, ça reviendrait à payer 35% du prix du téléphone. Un iPhone à 1 million reviendrait à 350 000 de taxes. Bien entendu, personne ne paie jamais autant, voilà pourquoi je demande de passer sur la pointe des pieds et continuer comme avant. Sinon, attention au zèle du douanier », écrit justement le président du Nouvel engagement togolais (NET).

Ce qui est généralement constaté au Togo est qu’il existe un gap entre ce qui est dit et ce qui se fait sur le terrain. Et c’est en cela que la nouvelle intervention du Dr Albert Kate trouve sa place dans ce débat qui agite certains milieux.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.