Togo: détenu au SCRIC, la santé de Jean-Paul Oumolou se dégrade

Publicités

Placé sous mandat de dépôt et gardé dans les locaux des services de renseignements (SCRIC), l’état de santé de l’activiste politique, proche de la Dynamique Monseigneur Kpodjro (DMK), Jean-Paul Oumolou s’est dégradé ces derniers jours.

A LIRE AUSSI: Attaque terroriste à Kpendjal : cette révélation qui fait froid dans le dos

Selon des sources crédibles, l’ancien Délégué des étudiants de l’Université de Lomé et ancien Coordinateur de la section estudiantine du Mouvement patriotique du 5 octobre (MO5) se porte mal. Il fait une forte fièvre consécutive à la mauvaise condition de détention.

Publicités

Les locaux du SCRIC n’étant pas adaptés à la garde des prévenus, ceux qui y séjournent en font les frais. C’est le cas par exemple de Jean Paul Oumolou. Il n’a pas de couchette ni couverture pour dormir, il dort sur du dur. Laissé à la merci des moustiques et sans insecticide (pour quelqu’un qui a vécu en Occident et dont le corps n’est plus habitué à la piqûre des moustiques), JPO fait la fièvre.

Publicités

A LIRE AUSSI: Dernière minute : au moins 20 ans de prison pour Jean-Paul Oumolou

« Jean-Paul Oumolou vit dans des conditions difficiles, souffrant et développant des douleurs articulaires, il ne veut plus s’alimenter. Nous avons voulu lui apporter le drap et une couchette les agents du SCRIC ont refusé », nous a confié une source proche de la famille.

Contacté par la rédaction de Togo Scoop Info, l’avocat de Jean-Paul Oumolou, Me Claude Amegan confirme la dégradation de l’état de santé du détenu. « Effectivement j’ai envoyé ce matin un médecin et l’équipe de CACIT pour aller le consulter », déclare l’avocat. Dans la cellule de l’activiste il n’y avait même pas de drap. « Après j’ai insisté pour qu’on lui donne les petites nattes. Ce qui fut fait », relate l’avocat. « Mais les conditions de détention le dérange sérieusement. Et sa situation nous embarrasse sérieusement », déplore Me Amegan.

A LIRE AUSSI: FTF : les dessous de la réunion entre le président Guy Akpovy et le milliardaire Patrice Motsepe

En mai 2013, Etienne Yakanou, militant de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), détenu dans les locaux de la gendarmerie, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie des grands marchés de Lomé et de Kara, est décédé de « crise cardiaque » découlant de paludisme contracté dans les cellules. Récemment, c’est Yacoubou Abdoul-Moutawakilou, secrétaire général de la section Kpalimé du Parti nationaliste panafricain (PNP), qui a succombé quelques jours après que sa demande de liberté provisoire pour aller se soigner a été acceptée par le juge. Les craintes de la famille de Jean-Paul Oumolou est que leur fils ne suit pas ces cas dramatiques.

Notons que la Dynamique Monseigneur Kpodjro (DMK) et le Mouvement patriotique du 5 octobre (MO5) avaient estimé dans un communiqué que le pouvoir endosserait la responsabilité au cas où quelque chose de fâcheux arriverait à l’activiste.

Togoscoop

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.