Togo- Des militants d’un parti politique de l’opposition s’en prennent à Ferdinand Ayité et son journal

On aura tout vu au Togo. Ce vendredi 4 mars 2022, le bihebdomadaire d’investigation L’Alternative était à sa parution N°1011. « EPP Kodjoviakopé II : Dalles fissurées et bombées, risque d’écroulement sur les écoliers », affiche le journal à sa une. Mais très vite sur les réseaux sociaux, des internautes, apparemment membres d’un parti politique du pays, s’en prennent à Ferdinand Ayité et son équipe. Sans avoir lu le contenu de l’article, ils reprochent aux confrères d’avoir osé écrire sur l’état de délabrement avancé du bâtiment de cette école primaire publique qui se trouve dans le Golfe 4, commune dirigée par le Maire Jean-Pierre Fabre. La réaction de Ferdinand Ayité ne s’est pas fait attendre. Il fait une mise au point. Lisez plutôt!

« No fly zone de la presse sur Kodjoviakopé, Nyékonakpoe et autres »

Depuis la publication de la une de ce journal hier, les responsables d’un parti politique et leurs militants sont déchaînés. Ils rivalisent d’injures, d’insultes et de tous les noms d’oiseaux à l’endroit du journal et ses responsables. Je voudrais juste préciser que cet article consacré à l’état de délabrement de l’école EPP Kodjoviakopé II n’accuse personne.

C’est une alerte donnée par la presse à la suite de la saisine par cette dernière des responsables du Comité de Développement du Quartier (CDQ) et des parents. Des parents paniqués et inquiets de la vie de leurs enfants qui fréquentent cette école dont plusieurs pans de la dalle s’effritent et tombent tous les jours.

Voici la une du journal L’Alternative N°1011 du vendredi 4 mars 2022

Qu’à la sortie de cet article qui n’accuse personne des responsables d’un parti et leurs militants se déchaînent et s’en prennent au journal parce que c’est leur champion qui est maire dans la zone est quelque chose d’ahurissant et d’inquiétant. On parle de la vie de 800 enfants qui fréquentent un établissement dont les bâtiments s’effritent, eux parlent de leur maire ou de leur maire.

Si le presse ne peut plus être la sentinelle des maux de la cité, alors là, on est en droit de se poser des questions sur les valeurs qu’incarnent ceux se disent acteurs de changement. Le fanatisme inouï de leurs militants reste aussi une préoccupation.

Nous sommes déjà habitués aux insultes maintenant si vous ne voulez pas que la presse de temps à autre soulève certains problèmes de votre ressort territorial parce que votre champion de maire est un dieu sur terre, prenez juste un arrêté d interdiction des activités des journalistes dans votre commune. Une pensée pour ces 800 enfants, leurs parents et les responsables du CDQ qui vivent actuellement dans une inquiétude totale.

Vivement que la question de ce bâtiment soit vite résolue.

Bon début du weekend à tous.

Ferdinand AYITE

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.