Togo-CPJ rejoint la lutte pour la libération des journalistes

A travers un nouveau communiqué publié hier à New York, l’organisation internationale, Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s’est une nouvelle fois joint au combat pour la libération des confrères Ferdinand Ayité, Joël Egah et la levée du contrôle judiciaire d’Isidore Kowonou.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU CPJ

New York, 13 décembre 2021 — Les autorités togolaises doivent immédiatement libérer les journalistes Ferdinand Ayité et Joël Egah et mettre fin au harcèlement juridique d’Isidore Kouwonou, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Le 9 décembre, des agents de la police nationale ont arrêté Ayité, le directeur de publication du journal privé L’Alternative, après avoir répondu à une convocation à comparaître à la Brigade d’Investigations et de Recherches (BIR), selon plusieurs médias et les publications d’Ayité sur Facebook.

La convocation fait suite à une plainte de deux ministres du gouvernement togolais qui sont également pasteurs, Pius Agbetomey et Kodjo Adédzé, au sujet d’une émission en ligne du 30 novembre mettant en vedette les trois journalistes, selon l’avocat des journalistes Elom Kpade et ces rapports.

Au cours de l’émission, qui fait partie d’une série intitulée “L’Autre Journal” sur la chaîne YouTube de L’Alternative avec plus de 15 000 abonnés, les journalistes ont discuté des allégations de corruption et de manipulation du public togolais par les deux ministres.

Le lendemain, le 10 décembre, la police convoque Egah, le directeur du journal privé Fraternité, et Kouwonou, le rédacteur en chef de L’Alternative.

Egah a ensuite été arrêté et détenu, tandis que Kouwonou a été libéré le même jour sous contrôle judiciaire, selon les rapports et les publications. Ayité et Egah ont été accusés d’« outrage aux autorités » et de « propagation de mensonges », et Kouwonou a été accusé de complicité dans ces deux crimes, a déclaré Kpade au CPJ via une application de messagerie.

« Il n’y a absolument aucune raison pour que les journalistes togolais Ferdinand Ayité et Joël Egah aient été arrêtés ou détenus. Les autorités doivent les libérer immédiatement et mettre fin au harcèlement juridique d’Isidore Kouwonou », a déclaré Muthoki Mumo, représentant du CPJ pour l’Afrique subsaharienne, depuis Nairobi. « Les lois et les forces de l’ordre du Togo devraient être utilisées pour protéger la presse et garantir qu’elle puisse travailler librement, et non pas pour tenter d’intimider ou de criminaliser le journalisme. »

Toute personne reconnue coupable d’”outrage aux représentants de l’autorité publique” est passible d’une peine allant jusqu’à deux ans de prison et d’une amende de 1 million de francs ouest-africains (1 722 $US), selon le code pénal togolais. La publication de fausses nouvelles est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et d’une amende de 2 millions de francs ouest-africains (3 445 $US). Des peines de « coaction et complicité » alignées sur celles des délits associés.

Les délits de presse sont « dépénalisés » au Togo et donc Ayité n’aurait pas dû
été détenu, a déclaré Kpade au CPJ quelques heures après son arrestation. La convocation et l’arrestation de Ferdinand ont eu lieu sans aucune documentation de la plainte, ce que Kpade a décrit comme un abus de pouvoir dans un enregistrement publié sur YouTube par les médias locaux le 10 décembre. “On ne peut pas être arrêté sur la simple base d’un appel téléphonique”, a déclaré Kpade.

« Les griefs portés contre des journalistes dans l’exercice de leur profession doivent être évalués au regard des dispositions du Code de la presse et non du Code pénal », a déclaré Isidore Akollor, président du Patronage de la presse togolaise, une association locale de médias, dans un communiqué de décembre. 11 déclaration que le CPJ a examinée et publiée par les médias locaux.

Le procureur de l’État, Mawama Talaka, a déclaré au CPJ via une application de messagerie qu’il refusait de commenter la situation des journalistes car « [a]n autorité judiciaire, il ne semble pas approprié de communiquer avec la presse sur une affaire en cours ». Les SMS envoyés à Agbetomey et Adédzé par le CPJ demandant des commentaires sont restés sans réponse.

Le gouvernement togolais a suspendu L’Alternative à deux reprises en moins de deux ans : en février 2021, lorsqu’Ayité a également été victime de harcèlement judiciaire, et en avril 2020, lorsque le gouvernement a suspendu L’Alternative, Fraternité et un troisième journal, Liberté.Ayité’s phone nombre est également apparu sur la liste du projet Pegasus des personnes prétendument sélectionnées pour une surveillance potentielle des logiciels espions.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.