Togo : ça gronde chez les cultivateurs à Mission Tové

Publicités

Les agriculteurs de la préfecture de Zio ne décolèrent pas. Mardi 16 novembre 2021, ils ont manifesté au siège du Projet d’Aménagement et de Réhabilitation des Terres Agricoles dans la zone de Mission-Tové (PARTAM) pour réclamer des intrants agricoles en vue de sauver leurs cultures de riz.

Lire aussi : Gratuité des frais scolaires : les frais parallèles définitivement fixés !

Après les démarches sans succès à la Centrale d’Approvisionnement et de Gestion des Intrants (CAGIA), les agriculteurs de la préfecture de Zio, ont décidé mardi de se faire entendre.

Publicités

En effet, la décision des autorités de retirer la vente des engrais aux privés occasionne la rupture des engrais.

Publicités

« Avant on pouvait acheter les engrais chez les privés. Mais depuis que la vente est retirée aux privés, nous sommes obligés de nous approvisionner dans les structures publiques en respectant certaines conditions. D’abord, il faut se faire délivrer une fiche par l’ICAT après vérification du champ. Ensuite, retourner chez le chef canton du milieu pour avoir sa signature et repartir à Tsévié au niveau de la direction préfectorale pour une autre signature avant de revenir chercher l’engrais à Mission Tové », a expliqué Atigan Kossi, trésorier du Comité de Gestion du Périmètre Agricole de la Vallée de Zio.

Lire aussi : Agriculture : le Togo met le cap sur l’utilisation stratégique des sols

Seulement tous ces va-et-vient ne garantissent pas les intrants et les cultures empathisent.

« Nous traversons cette situation depuis trois (3) mois. Malgré toutes nos démarches, les lignes ne semblent pas bouger. Vendredi, ils ont même décidé de fermer les dépôts en nous faisant savoir qu’ils ne vont plus nous vendre les engrais. Alors que nous avons besoin d’engrais. Nos cultures de riz sont totalement asséchées dans les champs. C’est pourquoi ce matin, tous les agriculteurs de Mission Tové, Kovié, Wli, Bolou, Assomé et de toutes les autres contrées ont décidé de se mobiliser pour dire non. Nous demandons juste à payer des engrais pour sauver nos cultures », a indiqué Aziadedzi Mawuko, président Préfectoral Filière Riz de Zio.

Des retombées néfastes

Pour Bernadette Akoli, productrice de riz à Mission Tové, les retombées de cette situation sont néfastes pour les agriculteurs de la localité.

Lire aussi : Togo : l’inondation à Hillacondji interpelle le gouvernement

« Nous avons consenti des prêts au niveau de la FUCEC pour assurer nos productions. Voilà que depuis plusieurs mois, nous sommes en rupture d’engrais comment pouvons-nous honorer nos engagements envers nos créanciers ? Actuellement j’ai besoin de 10 sacs d’engrais pour assurer ma production. Mais sur toute la saison, je n’ai eu que deux (2) sacs. Comment la production peut être au rendez-vous ? », s’est-elle interrogée.

Aux dernières nouvelles, Nana Adam Nanfamé, directeur général de la CAGIA dit avoir pris toutes les dispositions pour la déserte de la préfecture de Zio.

Notons qu’au Togo, l’agriculture emploie 60% de la population active et contribue à plus de 40% au Produit Intérieur Brut (PIB).

Avec Gapola

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.