Togo-Brigitte Adjamagbo-Johnson : « Après soixante ans d’indépendance, le Togo est toujours un pays asservi »

Le Togo a fêté ce 27 avril 2021 le 61e anniversaire de son indépendance. Une occasion pour la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) de dresser le tableau peu reluisant de la situation du pays, après plus de de 60 ans d’indépendance.

COMMUNIQUE DE LA C D P A

27 AVRIL 1958 – 27 AVRIL 1960 – 27 AVRIL 2021

Le 27 avril 1958, malgré tous les obstacles mis sur leur chemin par le colonialisme français tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Togo, malgré toutes les mesures répressives et d’intimidation, les forces nationalistes coalisées remportent une écrasante victoire dans toutes les régions du pays lors des élections-législatives-référendum organisées sous la supervision des Nations-Unies. Par ce vote, le peuple Togolais venait d’opter pour l’indépendance, une indépendance complète sans entraves qui ne sera proclamée, jour pour jour, que 2 années plus tard, le 27 avril 1960, cette année 1960 qui fut celle des indépendances formelles des ex-colonies françaises.

La CDPA saisit l’occasion de ce jour anniversaire des 61 ans d’indépendance, pour rendre un vibrant hommage aux artisans de cette indépendance et au peuple togolais qui , grâce à une organisation méthodique et à des sacrifices incommensurables, ont permis à notre pays d’accéder à la souveraineté.

Mais cette indépendance chèrement acquise fut de courte durée. Le 13 janvier 1963, le colonialisme français, toujours présent et actif, et ses agents, assassinèrent le Président que le Togo s’est donné, à cause de sa décision légitime de sortir du carcan du Franc CFA, en mettant ainsi fin aux Accords de « Coopération » signés par Nicolas Grunitzky, le 25 Février 1958 ! Modibo Keita, pour les mêmes raisons, connaitra le même sort au Mali en 1968.

Des dirigeants ennemis du peuple et vomis par lui, qui lui furent imposés, vidèrent la liberté retrouvée de tout sens. Une dictature militaire oligarchique et tribaliste, choisie et soutenue par le système de la Françafrique s’établit et perdure toujours : comme dans un royaume, à la mort du dictateur-père, le fils sera installé sur le trône, par la hiérarchie militaire qui ignore le Peuple.

Togolaises, Togolais, l’objectif pour lequel tant de nos grands-pères, de nos pères, de nos aînés se sont sacrifiés, la vraie indépendance, n’est pas encore atteint.

Après soixante ans d’indépendance, le Togo est toujours un pays asservi dont les ressources sont dilapidées et où règne un climat social lamentable. La misère et la pauvreté sont très prononcées. Aujourd’hui, les patriotes, partisans de l’indépendance véritable, les dignes filles et fils du pays, se doivent de relever le défi.

Que faire ? Que faut-il réaliser aujourd’hui pour être les dignes successeurs des héros de la libération ?

Nous devons nous mobiliser pour mettre fin au régime de terreur et antinational qui règne sur le pays et qui est source de la grande misère du Peuple, source du déclin continu du Togo. Pour cela, un seul mot d’ordre s’impose aujourd’hui : exiger le respect scrupuleux de la souveraineté du togolais exprimée le 22 février 2020 dans les urnes. Pour les filles et les fils de l’Indépendance du 27 Avril 1960, la Souveraineté du Peuple n’est pas à négocier.

Voilà pourquoi la CDPA lance un appel à tous les patriotes pour réaliser au sein de la DMK, la tâche prioritaire qu’est l’organisation du peuple en vue de faire converger nos luttes et délivrer notre Togo de la dictature et de ses alliés extérieurs.

Le Peuple debout et organisé vaincra ! Vive le Togo indépendant et affranchi !

Fait à Lomé le 27 avril 2021.

La Secrétaire Générale de la CDPA

Kafui Adjamagbo Johnson

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.