Togo : Braquage ou Méthode de Payement aux Miliciens ?

212

Togo : Braquage ou Méthode de Payement aux Miliciens ?

#Milawoe
#NonAu4eMandat

Ceux qui se vantent devant les médias internationaux être des « traqueurs de terroristes » peuvent-ils être impuissants devant de simples braqueurs ?

Ce sont des vrais braquages ou des méthodes politiques de recherche d’argent pour nourrir leurs jeunes « d’auto-defense » du quartier, c’est-à-dire les miliciens dont ces « traqueurs de terroristes » reconnaissent eux-mêmes l’existence devant les médias ?

En voyant l’énergie déployée par l’armée togolaise dans le dernier procès de Satchivi, nous sommes étonnés qu’elle semble aujourd’hui impuissante devant les braquages répétitifs.

Nous avons vu comment l’armée togolaise est allée arrêter Messenth du #Nubueke à la maison. De même comment elle a transformé les villes de Sokodé en champ de guerre pour imposer le silence au population aux mains nues.

Les arrestations d’Assiba Johnson, Ouro Djikpa et d’autres responsables politiques et de la société civile dans ce pays ont été exécutées parfaitement par l’armée.

Nous avons vu aussi comment l’armée togolaise ou le SRI ( Service de Recherche et d’investigations ) s’est illustré(e) dans l’affaire de notes à l’Université de Lomé avec les arrestations du professeur Ihou Wateba et du fils du professeur David Dossey.

Dernièrement, nous avons vu comment le SRI est allé arrêter Fovi Katakou et ses collègues (au domicile du premier) qui ont fait la veille citoyenne le 30 juin dernier lors des élections locales.

Avec toutes ces performances d’arrestations des acteurs politiques et de la société civile, le clan Gnassingbé va nous dire que notre armée est impuissante devant ce phénomène ou culture de braquages au Togo ?

Gnassingbé Faure qui était allé en Angleterre pour vanter le PND ( Programme National du Développement ) va nous dire qu’il n’est pas conscient de l’échec de ce projet avec ces braquages répétitifs ?

En dictature rien n’est au hasard. Ces braquages répétitifs que nous constatons répondent à un but politique. Soit c’est une méthode pour :

– Maintenir l’attention de la population sur leur besoin de sécurité et la détourner sur la politique c’est-à-dire de la distraction, diversion pour gagner un peu du temps

– Nourrir leur base arrière de miliciens ( reconnus publiquement sur les média en 2017 ) qui travaillent pour eux

– Semer la terreur dans la population

– Un mécontent haut placé du clan Gnassingbé qui veut se faire attendre ou qui menace si on veut le neutraliser

Aujourd’hui avec les « qualités » de notre armée, le clan Gnassingbé ne peut pas nous dire que ces braquages dépassent nos « braves » hommes.

Comme le clan Gnassingbé Faure a donné l’ordre à l’armée en octobre 2017 de laisser faire les miliciens dans les rues de Lomé. Car c’est devant l’armée régulière que les jeunes miliciens de Gnassingbé Faure s’attaquaient aux manifestants et rentraient dans les maisons pour bastonner, détruire, violer, tuer.

La manière dont ces braquages se passent, nous pensons que les commandements et l’organisation de l’armée ont d’une manière favoriser, faciliter le travail des braqueurs en n’intervenant pas.

Il nous revient à nous population de nous organiser pour notre Sécurité.

Car trop c’est trop. Ça suffit maintenant !

Nous sommes une génération de résultats. La victoire est nôtre, maintenant.

Fovi Katakou ( b-a-b-a , RAL )
Nature-Homme-Societe

(Écrit légèrement édité)

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here