Togo-Après les attaques, les populations continuent à quitter les villages du Nord

Après les dernières attaques dans le nord du pays, la situation devient préoccupante : les populations continuent à quitter leurs villages pour les villes ou d’autres endroits qu’ils estiment moins dangereux. La situation est prise au sérieux, les autorités multiplient les initiatives et le président Faure Gnassingbé est retourné dans la région mercredi 20 juillet où il a rencontré les diverses couches de Dapaong, ville située à l’extrême nord du pays.

Dans la nuit de lundi 18 à mardi 19 juillet, un nouvel accrochage a eu lieu entre groupes armés et forces de défense et de sécurité faisant deux morts au sein des forces armées togolaises. Cette information largement reprise par les journaux et les réseaux sociaux n’est encore officiellement ni confirmée ni infirmée.

Selon plusieurs sources, les populations continuent de fuir leurs villages notamment dans les localités de Lalabiga et Tiwoli, non loin de la ville de Mandouri. La maire de cette dernière ville a dû lancer un appel dans un communiqué aux populations de retourner chez eux.

Pour l’instant, indiquent plusieurs sources, les habitants sont toujours sous le choc et vivent la peur au ventre : la situation est tendue.

Pour trouver des solutions, le gouvernement multiplie les initiatives. Faure Gnassingbé séjourne ainsi dans la région depuis mercredi 20 juillet, où il a rencontré diverses couches de la société à Dapaong, lors d’une grande rencontre : « Vous devez rester vigilants, restez ensemble quelle que soient les divergences pour combattre l’ennemi commun, a-t-il lancé aux populations. À partir d’aujourd’hui, les dispositions doivent changer, désormais c’est l’armée togolaise qui va être à l’offensive ».

Le président poursuit son séjour dans la région, il devrait rencontrer les populations meurtries de Kpendjal jeudi 21 juillet.

Source: Rfi.fr/fr

Source : icilome.com