Togo-Alioune Tine : « Il faut libérer tous les prisonniers d’opinion »

Au Togo, ils sont plus d’une centaine dans les geôles du régime. La liste des prisonniers politiques s’allonge.

Ces dernières semaines, des acteurs de défense des droits humains, que ce soit sur le plan national qu’international, ont senti le besoin de se prononcer, une fois encore, sur le sujet. D’un commun accord, ils exigent la libération sans conditions de tous les détenus politiques qui croupissent dans les prisons civiles du Togo. Surtout que la plupart de ces détenus sont très souffrants.

Dans la foulée, le gouvernement des Etats Unis d’Amérique a également exhorté le régime de Faure Gnassingbé à procéder à l’élargissement de ces Togolais privés de leur liberté.

« Il est important que tous les pays s’opposent fermement à la détention de prisonniers politiques – peu importe où ils sont détenus -et qu’ils travaillent ensemble pour les libérer », a récemment posté l’Ambassade des USA au Togo sur sa page Facebook, rapportant les propos du Secrétaire d’Etat des USA, Antony Blinken.

Sur son compte Twitter, Alioune Tine, Directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a aussi exprimé son inquiétude sur la situation des détenus politiques au Togo. Le défenseur des droits de l’homme demande également la libération de tous ces prisonniers politiques du pays.

« Il faut libérer tous les prisonniers d’opinion et permettre le retour de tous les exilés forcés au Togo », a-t-il posté sur compte Twitter.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les voix s’élèvent de partout pour exiger la libération des détenus politiques au Togo, seulement le régime de Faure Gnassingbé ne donne aucune suite favorable.

Source : icilome.com