Togo-Agbéyomé Kodjo demande pardon aux Togolais et leur promet la victoire

« Le Président démocratiquement élu du Togo », comme il se présente depuis l’élection présidentielle de février 2020 qu’il estime avoir gagnée dès le premier tour, demande pardon à ses compatriotes pour avoir travaillé avec le parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR) dans un message baptisé « clairon de la délivrance de l’alternance ».

L’ancien premier ministre d’Eyadéma Gnassingbé, fait appel à Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), entre autres. Lisez plutôt son nouveau discours.

ADRESSE A LA NATION DU 08 AOUT 2021 DU PRESIDENT LEGITIME DU TOGO, SE DR GABRIEL AGBEYOME MESSAN KODJO

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Je voudrais rendre un hommage appuyé à l’ensemble du Peuple togolais pour avoir suivi les sept semaines de prières pour implorer les bénédictions de Dieu, Père Éternel pour parachever la révolution électorale et pacifique du 22 février 2020 qui a consacré massivement l’Alternance dans notre pays.

Je voudrais remercier le Peuple togolais qui depuis l’inversion des résultats continue la bataille pour que la vérité des urnes soit dite et reconnue afin que nous puissions avec l’ensemble des forces vives de la Nation ouvrir une nouvelle page de l’histoire de la Terre de nos Aïeux.

Beaucoup de choses se sont passées depuis le 22 février 2020 et le peuple continue de souffrir le martyr.

Nous ne cesserons jamais de rendre hommage à Dieu à travers l’Archevêque Émérite de Lomé, SE Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, pour son implication et tout le sacrifice qu’il endure jusqu’à ce jour, et nous sommes habités par une certitude, les bénédictions sacerdotales déversées sur notre pays le 22 février 2020 sont irrévocables et le peuple verra l’éclat de sa victoire acquise dans les urnes pour la Gloire de Dieu.

J’invite donc les jeunes, les femmes et toutes les composantes de la Nation à tendre leurs efforts vers cet ultime objectif pour une société de justice, de paix et de prospérité partagée pour tous.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

En considérant l’histoire post coloniale de notre pays, et surtout depuis l’ouverture démocratique dans les années 90, les drames et les tragédies successifs qui l’ont émaillée, nous devrions nous obliger à un minimum de culture démocratique faite d’éthique, de tolérance et de dépassement de soi, créer toutes les conditions d’un vivre ensemble harmonieux. Nous devrions nous obliger à offrir à chaque Togolais le bien-être, la dignité et l’épanouissement auxquels il a droit.

Le Peuple togolais a fait le 22 février 2020 un choix clair et massif dont l’écho résonne au-delà de nos frontières dans des contrées lointaines, et beaucoup s’interroge sur la persistance du statu quo, et la survivance des pratiques indignes d’une démocratie fut elle en construction dans notre pays.

De tout temps, la formation politique RPT/UNIR fonctionne sur la base d’un paradigme simple et inamovible. On vole une élection présidentielle, on réprime les adversaires politiques et le peuple puis on transporte le contentieux sur une élection législative ; mais dans le cas d’espèce sur l’idée de l’organisation d’une élection régionale.

Le Peuple togolais n’ignore point que depuis la conférence nationale souveraine où le RPT s’est approprié à des fins d’instrumentalisation ce principe dont s’est servi un acteur politique majeur des années 90 : « les accords n’engagent que ses signataires », il l’applique méthodiquement comme une revanche implacable contre l’opposition. Ainsi aucun accord issu d’une concertation avec l’opposition ne s’exécute tel que prévu, sauf si cela conforte la position dominante du RPT/UNIR.

Le résultat de ce marché de dupes récurrent c’est la multiplication des accords soit une trentaine en trente ans sans aucune efficacité réelle sur la gouvernance et l’amélioration des principes démocratiques en vue du renforcement de l’État de droit.

L’expérience commandant davantage l’action politique, intégrer la leçon de notre histoire politique récente devrait être le souci de tout acteur politique soucieux du bien-être de la population, et l’engager à mieux servir l’intérêt supérieur de la Nation.

Aucun acteur politique averti ne devrait pas être surpris par le fait que la dernière concertation nationale se soit soldée par un échec que les organisateurs tentent de masquer par des menteries surtout que le pouvoir feint d’ignorer le contentieux électoral qu’il a délibérément engendré du fait du hold-up électoral et militaire spectaculaire du premier semestre 2020 en violation manifeste de la feuille de route du 31 juillet 2018 de la 53ème conférence ordinaire des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO. Quadruple Hold up électoral, militaire, judiciaire et diplomatique que des parlementaires français, Sébastien Nadot et Jean Luc Mélenchon ont démontré avec menu détail démontrant ainsi les faux messages de félicitations diffusés pour tenter de blanchir cette forfaiture électorale.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Une enquête est ouverte devant le Tribunal de Justice de Paris et bientôt tout le monde sera édifié sur ce nième coup de force électoral au Togo.

Aucune crise ne se résout sans véritable dialogue. Toutefois c’est une erreur politique que d’avoir accepté de prendre part au 30 ème dialogue de dupes destiné plutôt à étouffer la révolution électorale et pacifique du 22 février 2020 que d’ouvrir véritablement le chemin de l’espérance au Peuple togolais. Pour preuve la restriction de l’espace civique et la composition politique de la CENI, épicentre des hold-up électoraux, source de querelles entre la minorité de défiance de la CNAP !

Le Togo traverse l’une des graves crises de son histoire. Une longue et grave crise qui nous interpelle tous et en appelle à une remise en cause sérieuse individuelle et collective.

Le 22 février 2020, le peuple a réalisé le changement politique à la tête du pays, et cela nul ne peut l’ignorer ; toute la classe politique est unanime là-dessus : le pouvoir et les ténors des formations politiques notamment de l’ANC ainsi que l’émissaire mandaté de Faure Gnassingbé le reconnaissent.

Ne voulant pas assumer sa cuisante défaite et dépourvu de culture démocratique, le pouvoir déploya ses deux armes de prédilection : la violence et la corruption.

Ceux qui ont reconnu la victoire du peuple le matin ont commencé à midi à distiller dans l’opinion l’absence de preuve de notre victoire sans se soucier de se questionner sur l’ampleur de l’improbable victoire de réélection du Président sortant.

Et pourtant dans un passé récent c’est l’intérêt supérieur de la Nation qui a prévalu. Pour preuve en 2010, candidat à la présidentielle, je n’ai exigé aucune preuve avant de reconnaître la victoire de Jean Pierre Fabre, publier un communiqué dont la diffusion fut assurée par des proches en ville sur les parvis des églises, et au siège de la formation politique UFC, dont deux furent arrêtés et envoyés en prison à Kara. Dès le lendemain du scrutin, je dépêchai auprès de Jean Pierre Fabre une délégation afin de lui demander de sonner le tocsin de la mobilisation générale afin d’investir les rues pour réclamer sa victoire. Il répondit qu’il n’avait pas encore la totalité des procès-verbaux. Une autre délégation s’est rendue chez Koffi Yamgnane pour lui demander d’appeler Rfi pour annoncer la victoire de Jean Pierre Fabre étant le porte-parole du FRAC. La délégation était avec lui quand un Conseiller du Président Wade l’appela afin que l’opposition se saisisse du ballon en or que l’ancien PM venait de lui donner pour ouvrir la porte à l’Alternance au Togo.

De conciliabule en conciliabule, les vainqueurs ont laissé gagner du temps au pouvoir sortant et c’est ainsi que le gouvernement a annoncé sur les médias qu’il materait ceux qui seraient tentés de semer des troubles dans le pays. C’est dans ce contexte que le Premier Ministre de l’époque, Gilbert Fossohoun Houngbo nous a proposé 8 portefeuilles dans son Gouvernement de Large Ouverture et de Grandes Compétences, ce que nous avons naturellement décliné.

Ce refus de cautionner la forfaiture nous a valu comme représailles la dissolution de la formation politique Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) pendant que j’assumais la coordination nationale du Collectif pour la Vérité des Urnes (CVU) créé avec des Patriotes au lendemain de la présidentielle du 04 mars 2010.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Nous n’avons pas le droit de jouer avec le destin de la Nation. En 54 ans de gouvernance unidirectionnelle plus longue que la colonisation allemande et la tutelle française, les dégâts sont énormes et les souffrances incommensurables au point où le Togo a pris un retard considérable sur ses voisins.

Ayons un regard sur le nombre impressionnant des martyrs, les vies brisées, et le sort de cette jeunesse engagée frappée par la misère et recluse.

L’école a cessé depuis longtemps d’être un ascenseur social et un lieu de formation à la citoyenneté. C’est désormais une fabrique de désespérés.

Nos populations sont socialement et économiquement sinistrées, et l’exacerbation de la suicidalité au lieu d’amener le pouvoir de fait à prendre des mesures urgentes semble être une banalité. La coterie au pouvoir malgré ses crimes économiques, sociaux et politiques notamment crime contre l’humanité dispose d’une solide assurance pour demeurer sans cesse impunie.

Dans un tel contexte et où toutes les institutions sont verrouillées et caporalisées dans le pays, les représentations diplomatiques occidentales devraient dans le respect du droit international jouer le rôle de régulateurs impartiaux des crises politiques et sociales.

Elles étaient toutes là le 22 février 2020 quand Faure Gnassingbé a fait inverser les résultats en étant complices d’un hold-up électoral, et elles lui ont prêté main forte sachant qu’il fut laminé dans les urnes.

Elles étaient là quand de manière honteuse Faure Gnassingbé envoya l’armée faire le siège pendant 70 jours du domicile de celui qui assumait les fonctions de Président de la Commission Défense et Sécurité à l’Assemblée Nationale.

Elles étaient là quand le Colonel Toussaint Madjoulba fut lâchement égorgé dans son bureau sans lever aucune protestation.

Elles étaient là quand de faux messages de félicitations prétendument attribués à leurs pays furent publiés sur RFI et qu’elles n’ont pas bronché alors qu’elles vivent au quotidien la misère qui frappe le pays et la répression qui s’abat sur les populations pour le caractère massif de leur vote en faveur de l’Alternance.

Certaines d’entre elles nous déclaraient, vous avez gagné mais les tenants du régime n’ont pas envie de quitter le pouvoir, d’autres parmi elles ont envoyé les vrais résultats du scrutin dans leur pays donnant largement gagnant le candidat de la DMK.

Les représentations diplomatiques savaient que certains dans les organes de gestion et de régulation des élections n’étaient pas d’accord avec le hold-up et voulaient se désolidariser de cet acte crapuleux et criminel trop répétitif, voulant démissionner à la quête d’une protection diplomatique pour préserver leur vie.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Une élection n’est pas un jeu de hasard, où le parieur anonyme amène son ticket à la LONATO, pour dire qu’il a trouvé la combinaison gagnante.

Une élection c’est un CHOIX sur des candidats connus qui ont battu campagne. Il est demandé aux hommes et aux femmes chargées de l’administration des votes de faire connaître à la Nation les suffrages de chaque candidat sans ruse et sans tricherie, c’est pourquoi ils prêtent un serment d’impartialité et d’honnête avant leur prise de fonction.

Si les membres de la CENI et de la Cour Constitutionnelle n’ont pas fusillé leur conscience, ils seraient déjà morts quand ils observent la misère et la répression quotidienne qui s’abat sur le pays par leur manque de sincérité et la traîtrise permanente dans lesquels ils sont embourbés.

Ceux qui demandent à la DMK les PV de sa victoire pourquoi ne réclament-ils pas à Faure Gnassingbé les justificatifs du niveau historique de ses résultats?

Faure Gnassingbé a sévèrement perdu les élections et je rends hommage à Me Zeus Ajavon pour sa prédiction, car le Président sortant a été confiné à moins de 20%.

Emmanuel Macron sait que Faure Gnassingbé a perdu la présidentielle et qu’il est présumé coupable de faux et usage de faux relativement à la diffusion des faux messages sur RFI, je le sais par mes sources bien introduites.

Après la diffusion sur RFI du faux message émis au nom du Président de la Fédération allemande, Angela Merkel à son tour envoie en toute bonne foi, un autre message de félicitation qui peut se comprendre. Depuis quand l’Allemagne envoie pour un scrutin deux messages de félicitations?

Le Peuple togolais a besoin d’une explication claire car il est tout aussi attaché à l’Allemagne, première puissance européenne qui a fait de la rigueur et de la probité morale sa règle de conduite.

Aucun leader politique n’a dénoncé cette imposture. Au surplus certains d’entre eux m’ont approché de ne pas trop insister sur cela car il y va de l’image du pays. Et le hold-up électoral suivi de de répression n’altère pas l’image que renvoie notre pays aux autres nations, leur ai-je demandé?

Un État qui se livre au niveau international à cet acte de banditisme aggravé ne me mérite aucun respect. Éhontés patentés qu’ils sont, l’essentiel pour eux est de garder le pouvoir quoiqu’il advienne et quoiqu’il en coûte au Peuple togolais.

Togo debout, luttons sans défaillance !

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Aujourd’hui plus que jamais que rien ne nous fasse chanceler, car debout et seulement debout, sans défaillance, qu’ensemble nous relèverons le Togo.

Après que le quadruple hold-up électoral, militaire, judiciaire et diplomatique ait été reconnu par des parlementaires étrangers notamment Sébastien Nadot et Jean Luc Mélenchon, le Ministre des Affaires étrangères français, Jean Yves Ledrian, peine à montrer à ce jour au Parlement français le prétendu courrier de courtoisie internationale qu’Emmanuel Macron aurait envoyé au naufragé du 22 février 2020?

L’écrasante victoire du Peuple togolais n’est pas monnayable et je n’en suis que le dépositaire.

Persécuter Mgr Kpodzro âgé de 91 ans et moi-même comme bien d’autres Patriotes contraints à l’exil ne conférera guère de légitimité ni d’ancrage au pouvoir de fait déraciné à jamais par la Volonté de Dieu !

Chaque lever du jour est une interpellation aux membres de la CENI, de la Cour Constitutionnelle et au Procureur de la République quant à leur responsabilité vis à vis de la Nation tout entière.

Quant au Procureur de la République, pourquoi ne poursuit-il pas Faure Gnassingbé pour avoir introduit dans le processus électoral des centaines de milliers de bulletins prévôtés en sa faveur ? Cet acte est éminemment plus grave assimilable au crime électoral que les broutilles, propos de campagnes pour lesquels je suis poursuivi, menacé de mort et obligé d’être un sans domicile fixe allant comme un bohémien de pays en pays.

Faure Gnassingbé et sa coterie ont fait saccagé mon domicile, frappé ma femme, mes enfants, mes proches et mes collaborateurs. Vous les avez humiliés. Quant à ma femme et mes enfants menottés et exposés au soleil à ras le sol alors qu’ils n’ont opposé aucune résistance à l’enlèvement de leur mari et père, le Président démocratiquement élu du Togo. Seul le Pardon libère et c’est du tréfonds de mon être que je vous pardonne pour que l’Amour triomphe au Togo !

Je fais ici le serment de défendre la Nation tout entière, et prendre soin des plus vulnérables parmi nous notamment les veuves, les orphelins, les enfants, les personnes âgées et les pauvres.

Les défis sont nombreux et grands, et je pense qu’avec le concours et la bonne volonté de tous nous redonnerons la fierté et la dignité à notre pays.

Je rappelle à Faure Gnassingbé que la légitimité ne se trouve pas dans la répression et la corruption généralisée, et qu’il est temps de cesser de mentir à soi-même et de passer le témoin. C’est à cause de vous que les troisièmes mandats se multiplient dans notre sous-région et subséquemment les victimes innocentes.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

La récupération de la Victoire du peuple du 22 février 2020 est en téléchargement rapide et verra le jour dans peu de temps. Cette Victoire est un Décret Divin irrévocable que nul ne peut entraver quelques soient les manœuvres et d’où qu’elles viennent. Que personne ne désespère face aux apparences actuelles car les lignes bougent conformément au Parfait Plan Divin !

Il est enfin arrivé le temps de l’Alignement sur la Volonté de Dieu pour l’émergence glorieuse du Togo « Or de l’Humanité ».

J’invite par conséquent l’Église catholique romaine qui a demandé le rétablissement de la vérité des urnes au lendemain de la publication des faux résultats par la CENI, à sortir de sa torpeur et à suivre les pas de notre Seigneur Jésus Christ.

A l’élite silencieuse à prendre ses responsabilités devant l’Histoire.

A toute la Classe politique, je demande un sursaut patriotique pour qu’ensemble nous œuvrions au rétablissement de la vérité des urnes et au changement du mode de fonctionnement de la société togolaise.

Aux forces armées qui vivent le drame du Peuple togolais à prendre leurs responsabilités en défendant leur honneur et le peuple qui visiblement subit un complot pour la prédation de ses ressources au profit de l’étranger. Chacun doit faire sa part car le monde entier vous regarde !

A tous les leaders spécialement Jean Pierre Fabre, la terre togolaise n’a pas soif du sang des grands guerriers mais de la sueur des hommes. Je ne doute point que votre patriotisme répondra à l’appel de la Patrie et que le Véritable Pardon qui vient du tréfonds de nous triomphera de toute autre considération.

Aujourd’hui plus qu’hier, maintenant et plus que jamais, nous sommes à l’heure de la Délivrance de l’Alternance et seul le Pardon peut nous libérer de nos chaînes et propulser le Togo au rang des Nations avant gardistes de l’Humanité.

Mes Chers Compatriotes,

Togolaises et Togolais,

Chers Amis du Togo,

Comment s’inscrire véritablement dans cette dynamique de la Délivrance de l’Alternance si nous n’épousons pas sincèrement le désir de vérité et de justice de nos compatriotes ? Pour ma part, il me semble indispensable à ce tournant particulier de notre histoire politique mouvementée, de vider avec humilité et hauteur quelque malentendu que ce soit avec le Peuple togolais qui attend avec déchirement la délivrance du douloureux accouchement de l’Alternance réalisé le 22 février 2020 .

Toute vie d’homme est faite d’erreurs et de choix avisés qui tissent la trame de l’évolution. Et la mienne en tant qu’homme politique ne fait pas exception, ce que j’ai déjà affirmé à maintes reprises.

Dans mon cheminement politique, j’ai évolué au sein du Rassemblement du Peuple togolais (RPT) que j’ai quitté volontairement le 27 juin 2002 en publiant mon testament politique intitulé « Il est temps d’espérer ». Ma rupture procédait du refus du régime de réformes audacieuses pour la construction de l’État de droit, l’ancrage de la démocratie, la bonne gouvernance et la prospérité partagée pour tous au Togo.

Je l’ai dit pendant la campagne, je ne suis pas le plus méritant ni le plus efficace car je reconnais bien mes défauts, mes insuffisances et la part morale qui est la mienne dans le passif de la gestion au long cours de cette dictature cruelle et implacable qui nous tient tous à l’étroit. A maintes reprises j’ai regretté sincèrement ma contribution à ce système oppresseur du Peuple togolais qui a pour seule vocation la conservation éternelle du pouvoir par tous les moyens.

Devant la Nation tout entière et en toute humilité devant Dieu, je réitère à nouveau avec sincérité ma demande de Pardon à toutes les filles et à tous les fils du Togo tout entier, et implore la grâce divine de la consolation et de l’apaisement des cœurs offensés et blessés.

Mon passé politique renvoie à l’Apôtre Saint Paul qui dans son cheminement fut un grand persécuteur des disciples de Jésus Christ, mais changea radicalement pour devenir depuis son interpellation par le Christ, sur la route de Damas, un défenseur acharné de l’Amour et apôtre des Nations. De même il renvoie à Moïse qui apprit du pouvoir égyptien pour libérer à l’appel de Dieu le peuple juif de l’oppression et de la tyrannie du Pharaon.

C’est donc avec une grande humilité que je convie tout le Peuple togolais à la tolérance afin de donner une chance à la rédemption de notre pays.

A Faure Gnassingbé, je demande qu’il prenne conscience de la gravité de la situation en mettant un dispositif en place pour un transfert pacifique du pouvoir, car le peuple est au-dessus de toutes les institutions et la vraie légitimité sort du fond des urnes.

Il y a eu un vainqueur le 22 février 2020, et toutes les persécutions auxquelles il fut soumis depuis ce soir là jusqu’à ce jour sont constitutives en grandeur nature de la preuve vivante de son triomphe.

A la CEDEAO, l’UA, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Charles Michel, Joe Biden, Antonio Guterres, Vladimir Poutine, agissez pour que le Togo ne devienne pas le cimetière des droits de l’Homme et de la démocratie, le précipice du droit international en rendant à César ce qui lui revient car le Peuple togolais ne veut plus vivre le génocide de 2005.

Il est temps de répondre à l’Appel du Peuple togolais et de s’aligner sur la Volonté de Dieu.

Les grâces de l’Éternel sur le Togo le 22 février 2020 sont irréversibles.

Vive la LIBERTE !

Vive le Vaillant Peuple togolais !

Vive l’Alternance pacifique !

Vive la République et que l’Éternel bénisse le Togo et chacun de ses enfants !

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.