Togo-Agbéyomé et son gouvernement toujours en activité

Agbéyomé Kodjo

Vendredi, le “gouvernement” de l’opposant Agbéyomé Kodjo a tenu son 67ème conseil des ministres. Plusieurs sujets étaient au menu de cette rencontre. Lisez plutôt la déclaration ayant sanctionné ce conseil des ministres !

DÉCLARATION DU 67ème CONSEIL DES MINISTRES DU GOUVERNEMENT LÉGITIME DU TOGO UN MONDE MULTIPOLAIRE PROPICE A LA RECONQUÊTE DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE CONFISQUÉE DU TOGO !

Le Conseil des Ministres du Gouvernement légitime du Togo s’est réuni le vendredi 04 mars 2022 en sa 67ème session ordinaire notamment la 9ème de cette année 2022 sous la présidence de SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo, Président de la République Togolaise, avec une minute de silence en mémoire de tous les martyrs de par le monde en ces temps tumultueux et de grands bouleversements mondiaux.

Le Conseil a écouté la communication du Ministre d’État, Ministre des Relations Extérieures, de l’Intégration Africaine et des Togolais de la 6ième Région, Chargé des Relations entre les Institutions de la République, Porte-Parole du Gouvernement, sur la situation politique au Sahel et les conséquences géopolitiques et géo-économiques de la guerre russo-ukrainienne.

S’agissant du Sahel et particulièrement du Mali, le Gouvernement légitime du Togo note avec satisfaction les avancées dans la lutte contre le terrorisme et salue l’action patriotique résolue des Forces armées maliennes (FAMA) et des autorités de la transition auxquelles il renouvelle son soutien dans leur lutte souverainiste et de renaissance de l’Afrique.

Le Conseil des Ministres a également pris acte de la durée de trente-six mois de la transition au Burkina-Faso et a formulé le vœu d’une action gouvernementale vertueuse en vue d’une lutte efficace contre le terrorisme afin de stabiliser le pays des Hommes intègres, et consolider sa marche démocratique pour un développement harmonieux du Faso.

Quant à la guerre russo-ukrainienne, le Conseil a écouté avec intérêt la communication sur les origines du conflit actuel avec la découverte de documents déclassifiés sur la sécurité stratégique au cœur du différend entre l’Otan et la Russie dont l’Ukraine fait les frais actuellement. La flambée actuelle du prix du pétrole sur les marchés avec la chute des bourses mondiales et la hausse du prix de l’or (valeur refuge par excellence) constituent autant de signes avant-coureurs des conséquences économiques fâcheuses de cette guerre dont la persistance dans la durée va affecter variablement la plupart des pays du monde incontestablement devenu multipolaire.

Cette guerre comme l’illustre le vote de la résolution de l’ONU là-dessus redessine la carte géopolitique du monde et rend compte du double impératif de l’éthique au cœur du droit international et de respect de la souveraineté des peuples. Le Conseil, au terme de cette communication, a déploré le mutisme des autorités de fait de Lomé sur la situation des Togolais en Ukraine au moment où tous les pays s’activent à évacuer leurs ressortissants, avant de relever l’analogie entre l’Ukraine et le Togo en ce que l’Ukraine est pour le monde occidental ce que le Togo est pour l’Afrique, des laboratoires de l’ordre mondial décadent, d’où l’impérieuse nécessité pour les Patriotes togolais de tous horizons de défendre par tous les moyens la Souveraineté confisquée de la Terre de nos Aïeux.

Au titre du ministère de la Justice, de la Promotion de l’État de droit et des droits de l’Homme, le Garde des Sceaux a informé le Conseil sur la situation des droits de l’Homme au Togo particulièrement celle des détenus politiques dont SE Jean-Paul Oumolou arbitrairement privé de liberté. Une sommation interpellative par voie diplomatique depuis Paris a été faite par le collège d’avocats internationaux après le rejet en appel de sa demande de libération provisoire. Par ailleurs d’autres actions suivront prochainement aussi bien sur les plans national et international.

Le Gouvernement légitime du Togo tout en condamnant fermement la violation des droits de l’Homme au Togo, réitère son interpellation au Haut Conseil des droits de l’Homme (HCDH) en vue de la libération rapide de tous les prisonniers politiques au Togo notamment SE Jean-Paul Oumolou. Au titre de la communication du ministère de la protection civile et de la sécurité sur le renouvellement de la CENI, le Conseil a salué la cohérence de la DMK qui a refusé de cautionner cette manœuvre perverse tendant à enterrer la revendication de l’écrasante Victoire du Peuple togolais lors du scrutin présidentiel du 22 février 2020. Le Conseil a réaffirmé la nécessité de prendre toutes les dispositions pour libérer le Peuple togolais de l’oppression et faire échec à la farce des élections régionales alors que les conseils communaux mis en place en septembre 2019 peinent à avoir leur ancrage contrairement à l’objectif premier de la décentralisation.

Le Gouvernement légitime du Togo tout en félicitant les Patriotes de tous horizons pour leur détermination résolue à faire triompher la révolution électorale et pacifique du 22 février 2020, lance un vibrant appel à toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier à triompher de la peur pour collectivement libérer définitivement le Togo des forces de la haine et de prédation. Dans cette perspective, il invite les Patriotes de tous horizons à prendre massivement part à la conférence numérique du 12 mars 2022 à partir de 20H GMT sur le thème « Reconquérir ensemble notre Souveraineté confisquée », et qui verra la participation effective du Président de la République Togolaise, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo.

TOGO DEBOUT, BATISSEURS D’AMOUR EN AVANT TOUTE POUR L’ASSAUT FINAL DE LA LIBERATION NATIONALE !

SIGNÉ

SEM Ben Koffi DJAGBA

Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.