Togo: abandonné, voici le parcours impressionnant d’un Docteur malvoyant

Il est la toute première personne vivant en situation de handicap de la vue à faire un doctorat en droit public au Togo, en Afrique noire francophone et à l’Ecole doctorale Pierre Couvrat de l’Université de Poitiers en France. 24 mai 2016-24 mai 2020, cela fait exactement 4 ans, jour pour jour, que Dr MADOU Yaovi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, consultant en Droit Public et Spécialiste des Questions de la Fonction Présidentielle a soutenu avec brio sa thèse de doctorat de 654 pages. Cette thèse a été rédigée en 2 ans 5 mois 27 jours et porte sur « La démocratie et la fonction présidentielle en Afrique noire francophone : les cas du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Togo ». 


Lire aussi:Salaire impayé, tout va mal à l’hôtel 2 Février

Mais chose curieuse, depuis qu’il est rentré à Lomé sur invitation des autorités après sa thèse, il est totalement laissé sur le carreau. Pour quelles raisons? Il nous serait difficile de le dire. Toutes les portes auxquelles, il a frappé, depuis ce temps, sont toujours restées inaccessibles. En clair depuis 4 ans, malgré son diplôme et sa situation de handicap visuel qui ne lui a cependant pas empêché de faire un parcours sans faute, Madou Yaovi est au CHOMAGE. Et pourtant, il est marié et père de famille. En 2017, lassé de cette situation compliquée et indescriptible qu’il vit, il a essayé de repartir « pour se rendre utile ailleurs, précisément en Europe » mais là aussi, la voie lui a été barrée. Malgré qu’il fût en règle, l’accès au visa, lui a été refusé. Imaginez un seul instant, les difficultés financières qu’il traverse depuis 4 ans et beaucoup plus avec l’apparition de la pandémie du Coronavirus.

Quelle est cette ou ces mains noires qui bloqueraient le bien-être de Madou Yaovi ? Rien ne peut expliquer ceci si ce n’est de la pure méchanceté humaine. Est-ce à dire que le chômage, dans notre pays a atteint son paroxysme au point où il soit difficile pour un docteur en droit de trouver de l’emploi au Togo ? Est ce que le fait pour un jeune Togolais de revenir dans son pays et de vouloir se mettre à sa disposition, en vue de participer à sa construction est un crime?

Le 24 mai 2016 à la Faculté de Droit et des Sciences sociales de l’Université de Poitiers en France, plus précisément dans la salle Hardoin, devant un parterre de jury composé de Jean GICQUEL, Professeur émérite de droit public à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, président ; de Dominique Breillat, Professeur émérite de droit public, doyen honoraire à la faculté de droit de l’Université de Poitiers, membre ; de Fabrice Hourquebie, Professeur des universités, directeur de l’école doctorale de l’Université de Bordeaux, premier rapporteur ; d’Alain Ondoua, Professeur des Universités, Université de Poitiers, directeur de thèse ; de Dodzi Komla Kokoroko, président de lUniversité de Lomé, deuxième rapporteur et d’Adama Kpodar, vice-président de l’Université de Kara, codirecteur de thèse, MADOU Yaovi, consultant en Droit Public et Spécialiste des Questions de la Fonction Présidentielle a soutenu avec brio sa thèse de doctorat portant sur « La démocratie et la fonction présidentielle en Afrique noire francophone : les cas du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Togo ». Il s’en est sorti avec la mention très honorable et est devenu, de ce fait, la toute première personne vivant en situation de handicap de la vue à faire un doctorat en droit public au Togo, en Afrique noire francophone et à l’Ecole doctorale Pierre Couvrat de ladite Université. Ceci a été possible grâce à l’appui de la fondation d’entreprise Banque Populaire, au Campus France et surtout à l’appui personnel de son Excellence, Faure Essozimna GNASSINGBE, président de la République du Togo.

Lire aussi:Bagarre entre le député Innocent Kagbara et un militant pour une affaire de sous

Retour sur parcours sans faute

Né le 12 avril 1981 à Lomé de père et de mère togolais, Dr MADOU Yaovi, baptisé Aimé-Sylvestre à l’Eglise Catholique devient mystérieusement personne vivant en situation de handicap de la vue en 1987 et abandonna les études. Il passa malgré lui plusieurs années à la maison, pour ne les reprendre qu’en 1991 à partir du Cours Préparatoire Première année (CP1) au Centre des Aveugles de Kpalimé, après sept années de gâchis. De l’année scolaire académique suivante, année paralysée par la grève générale illimitée du 16 novembre 1992 au Togo, jusqu’en 1998 année où il obtint son CEPD (Certificat d’Etude du Premier Degré), il était resté à l’Institut Kekelineva des Aveugles de Togo-ville pour les études du cours primaire. Avec l’aide de l’association Gruppo San Francesco d’Assisi de l’Italie, il a pu faire : de 1998 à 2002 ses études de collège chez les Frères Lassaliens des écoles chrétiennes à Togo-ville : Collège Notre Dame du Lac Togo (NDL), où il a obtenu son Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) ; de 2002 à 2005, il a pu continuer chez les Frères des écoles chrétiennes à Togo-ville au Collège Saint Augustin (CSA), les cours du Lycée, où il obtint son BAC II Série A4. De 2005 à 2009, il a pu intégrer la Faculté de droit de l’Université de Lomé et décrocher sa maitrise en droit public avec mention Assez-bien. De l’année académique universitaire 2009-2010 à celle de 2011-2012, Il décrocha son Diplôme d’Étude Approfondies (DEA) en droit public fondamental avec mention Assez-Bien. Dr Madou Yaovi a donc fait un parcours sans faute. Ce que même ceux qui jouissent de toutes leurs facultés ont souvent des difficultés à réaliser.

Par ailleurs, de 1998 à 2005, Dr MADOU Yaovi a suivi des cours de musique classique de piano genre des conservatoires sanctionnés par une attestation de formation. En plus du piano, il joue aussi d’autres instruments de musique à l’instar de l’accordéon, de la guitare basse, de la flûte, de la batterie, de la trompette. Il est aussi compositeur, arrangeur et maître de chœur. Plus encore, du 16 avril 2012 au 16 octobre 2012, Dr MADOU Yaovi a été formé dans plusieurs domaines : rédaction de projet, rédaction de rapport d’activité, élaboration de termes de référence (TDR), organisation d’atelier de formation, etc… au sein de l’Ong Association pour la santé de la mère du nouveau-né et de l’enfant (ASMENE), lors de son passage dans cette structure en tant que volontaire national occupant le poste d’assistant juridique. (…)Lire l’article sur Nishamag.com

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.