Tensions au sein du gouvernement belge après l’expulsion de migrants soudanais

Bien souvent, des immigrés se débarrassent de leur papiers en pensant qu’en agissant de la sorte, ils ne risquent pas d’être rapatriés dans leur pays d’origine, puisque les autorités du pays d’accueil se trouvent dans l’impossibilité de déterminer celui-ci. Pour contourner cet obstacle, le secrétaire d’Etat fédéral à l’asile et à l’immigration, Théo Franken membre du parti nationaliste flamand N-VA, avait organisé le déplacement en Belgique d’une équipe de fonctionnaires soudanais, chargée de repérer leurs compatriotes en situation irrégulière. Il s’en est suivi nombre de rapatriements.

Mais des ONG humanitaires assurent avoir recueilli le témoignage de plusieurs de ces rapatriés qui aurait fait l’objet de tortures physiques dès leur retour au Soudan. La suite est édifiante.

Le Premier ministre assure au Parlement qu’une enquête est en cours et qu’il n’y aura pas d’autres expulsions vers le Soudan d’ici à son aboutissement. Le secrétaire d’Etat juge cette déclaration « ridicule », car selon lui, elle encouragerait encore les Soudanais à se rendre en nombre en Belgique.

L’opposition crie à l’incohérence gouvernementale et réclame la démission du secrétaire d’Etat. Celui a présenté ses excuses au Premier ministre. Fin provisoire de l’épisode.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.