Synergie Togo appelle à la libération immédiate du défenseur des droits de l’Homme Assiba Johnson

55

L’association Synergie Togo a été informée de l’arrestation le 4 avril 2018 à Lomé de M. Assiba JOHNSON, Président de l’organisation de la société civile REJADD-Togo (Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement, Section-Togo). Le Président du REJJAD est détenu par le Service de Renseignement et d’Investigation (SRI) depuis son arrestation.

Cet évènement montre qu’au delà du discours fallacieux, le régime togolais a bien du mal à tourner la page de la répression à l’endroit des défenseurs des droits et des libertés ainsi que des militants pro-démocratie dans le pays. En même temps, l’impunité totale continue d’être garantie pour les auteurs de crime de masse et des graves violations des droits humains.

Il convient de rappeler que vers la fin de la semaine du 5 février et le début de la semaine du 12 février 2018, un document intitulé « TOGO: Plus de 100 morts dans la répression des marches pacifiques du 19 août 2017 au 20 janvier 2018 » était paru sur les réseaux sociaux sous l’étiquette du REJADD-Togo et du RAIDHS (Réseau Africain pour les Initiatives de Droits de l’Homme et de Solidarité). A la connaissance de Synergie Togo, il s’agit d’un document provisoire, non finalisé et non autorisé pour publication, qui a fuité, avant terme, sur les réseaux sociaux.

Le 13 février 2018, le Gouvernement togolais avait réagi par un communiqué rejetant catégoriquement le contenu du document et menaçant de poursuites judiciaires les deux organisations signataires du rapport. Dans son communiqué, le gouvernement reconnait, pourtant; s’agissant des manifestations depuis le 19 août 2017, que « le bilan est de sept (07) morts par balles et sept (07) morts pour diverses causes dont deux (02) militaires égorgés »

Par la suite, M. Assiba JOHNSON a fait l’objet d’actes d’intimidation et de menaces et avait dû entrer dans une quasi-clandestinité.

Synergie Togo demande :

– Que M. Assiba JOHNSON, dont la santé est fragile, recouvre sans délai la liberté et la sécurité, afin de pouvoir recevoir des soins appropriés et poursuivre sa mission de défenseur des droits et des libertés,

– Qu’il puisse mettre les éléments de preuve en sa possession à la disposition d’une commission d’enquête internationale indépendante,

Synergie-Togo tiendra les « autorités », au plus au niveau, responsables de tous traitements inhumains et dégradants auxquels M. Assiba JOHNSON pourrait être soumis pour l’obliger à remettre entre les mains des autorités mises en cause, la documentation des violations des droits humains dont il dispose.

Fait à Paris, le 5 avril 2018

Pour Synergie-Togo, le Président

Kanyi Eric AMOUZOUGAH

Contacts presse:

EMail : [email protected]

Tél : +33 6 14 88 31 21

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here