Sur son chemin de retour au Togo : Akila Esso Boko n’attend que son passeport !

198
Sur son chemin de retour au Togo : Akila Esso Boko n’attend que son passeport !

L’ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, François Akila Esso Boko, comme annoncé par votre journal FRATERNITE, sera bientôt de retour au pays. Ce lundi, au travers d’une interview accordée à la chaine américaine VOA Afrique, l’intéressé a confirmé l’information dont nous détenions déjà la primeur. Selon l’ancien Saint Cyrien, il n’attend que l’établissement de ses papiers administratifs devant lui permettre de rentrer au pays.

A cheval entre l’Europe, les États-Unis et l’Afrique pour ses obligations professionnelles, le militaire reconverti en avocat n’a plus foulé le sol togolais depuis Mai 2005, au lendemain des élections ensanglantées qui ont amené Faure Gbassingbé au pouvoir, au soir du décès de son feu père, le Général Eyedema. Ayant vainement tiré la sonnette d’alarme sur un éventuel bain de sang que courait le pays, si l’on ne sursoisse pas à ladite entreprise macabre, cet Officier Supérieur d’ethnie Kabyè a quitté le navire, en prenant le chemin de l’exile. Une exfiltration rendue possible grâce aux négociations diplomatiques entre les administrations américaines, allemandes et togolaises.

Au terme d’une tournée de reconnaissance et d’information entreprise, du 12 au 17 mars dernier, par l’ancien Directeur général du Service des Renseignements (Sri) à Washington, ce dernier a informé l’administration américaine de son intention de retourner au Togo. Ceci, explique- t-il, au plus tard fin mars 2019, dans la perspective de la présidentielle de 2020 que celle-ci souhaite inclusive, garantissant la sécurité pour tous.

«14 ans après, j’envisage repartir au Togo. Et il était de mon devoir de réserver la primeur de cette décision à l’administration américaine qui a participé activement aux négociations diplomatiques en faveur de mon infiltration », a laissé entendre l’ancien ministre de l’Intérieur. Et de faire ensuite part de la réaction de Washington. «Je peux vous assurer que l’administration américaine, à travers le département américain qui, de part l’intérêt qu’elle avait porté, en 2005, à la décision, a réitéré cet intérêt. Et cela est pour nous, un réconfort», a affirmé M. Esso Boko qui entrevoit poursuivre sa tournée diplomatique pour, dit-il, tenir informer également les autres partenaires, notamment l’Allemagne et la France.

Au sujet des éventuels obstacles qui joncheraient son chemin de retour vers Lomé, Akila Esso Boko se dit serein, quant à un retour normal et apaisé. « Il n’y a pas d’obstacles majeurs, étant donné que mon retour est acté par l’administration togolaise. Il n’y a que des problèmes administratifs, notamment liés à l’établissement du certificat de nationalité et de passeport que les autorités ont promis. Mais là, ce ne sont que des détails. J’ai mandaté mes avocats pour régler ces détails », a-t-il rassuré.

Cela ne fait donc plus l’ombre d’aucun doute. Le dernier ministre de l’intérieur du Général Gbassingbé Eyadema et natif de Kara est attendu, dans les tout prochains jours, au pays. Ce qui lancera, d’ores et déjà, les hostilités pour la présidentielle de 2020 qui s’annonce comme une équation des plus complexes pour Faure Gbassingbé qui jusque-là n’a pas déclarer ses réelles intentions pour 2020. Ceci, nonobstant les nombreux appels en faveurs des réformes politiques et institutionnelles restées, à ce jour, lettre morte.

FRATERNITE

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here