Sokodé et Bafilo, les fausses notes dans la volonté d’apaisement du gouvernement Featured

La ville de Sokodé renoue avec les violences ce mardi 07 novembre. Suite au nouvel appel de la 14 partis politiques de l’opposition à manifester ce jour et ce pour trois jours, la ville située à 300 Km de Lomé connaît très tôt le matin un regain de tensions entre manifestants et forces de l’ordre. Des heurts qui seraient à l’insu du ministre de la sécurité.

Selon le Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie pour la Démocratie et le Développement, section Togo (REJADD Togo), très tôt ce matin les militaires ont commencé par disperser et réprimer par l’usage de gros bâtons tout attroupement dans la ville de Sokodé et même à Bafilo.

L’informée est confirmée par le député Ouro-Akpo Tchagnao, député de l’Alliance Nationale pour le Changement qui affirme avoir joint au téléphone le ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehame à propos.

« Quand j’ai appelé le ministre Yark Damehame pour lui faire cas de la situation et il m’a dit qu’il n’est pas informé », a déclaré M. Tchagnao

L’opposition dit regretter la nouvelle débandade dans la ville natale de Tikpi Atchadam, le leader national du Parti National Panafricain malgré sa demande à manifester.

« Comme à chaque organisation de manifestations, nous adressons une correspondance en bonne et due forme au ministre de l’administration territoriale et c’est ce que nous avons encore fait en qui concerne les manifestations des 7, 8 et 9 novembre ; ce pour l’ensemble du territoire », a lancé Nathaniel Olympio, Président par intérim du Parti des Togolais dans son intervention ce jour sur une radio de la place.

TogoBreakingNews.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.