Situation de Sokodé : Le groupe des Centristes interpelle Faure Gnassingbé à intervenir rapidement

2904
Situation de Sokodé : Le groupe des Centristes interpelle Faure Gnassingbé à intervenir rapidement


Du 1er au 26 octobre 2018, la CENI a organisé sur toute l’étendue du territoire national, un recensement dans le but de doter le Togo d’un nouveau fichier électoral devant servir à l’organisation des prochaines élections législatives.

Le groupe des Centristes, un regroupement de formations politiques de l’opposition, a appelé samedi 3 novembre 2018, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) à procéder le plus rapidement possible à l’affichage des listes électorales provisoires.

« Il revient désormais à la CENI de tirer les leçons des dysfonctionnements qui ont survenu ici et là et de les corriger dans le futur. Le groupe des Centristes demande à la CENI d’afficher dans les meilleurs délais les listes électorales provisoires, afin que tous les contentieux liés à l’enrôlement éventuel des mineurs, des étrangers et aux doubles enrôlements puissent se faire dans le cadre prévu par la loi », a indiqué Francis Ekon, signataire dudit communiqué. Il se félicite en outre de l’implication de la CEDEAO dans la résolution « pacifique » de la crise sociopolitique que connaît le Togo dont la résolution selon le communiqué, doit passer « nécessairement » par les réformes constitutionnelles et l’organisation d’élections législatives « crédibles, respectant les standards internationaux ».

Le Nouvel Engagement Togolais (NET), la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP), et le Parti Démocratique Panafricain (PDP), tous membres du groupe des Centristes.

Ils n’ont pas passé sous silence la situation qui prévaut à Sokodé (région Centrale) depuis quelques jours et appellent au retour du calme.

« Le groupe des Centristes appelle à une désescalade rapide des provocations et des agressions, d’où qu’elles proviennent. A cet effet, nous demandons une intervention directe de l’exécutif en particulier du Président de la République, afin de mettre un terme à une situation qui, si elle devrait perdurer, menacerait encore la paix et la concorde nationales », a indiqué le communiqué.

Pour finir, Francis M. EKON et ses compagnons ont exhorté les populations de Tchaoudjo à privilégier en toutes circonstances la voie du dialogue et de la concertation pour la résolution de tout « contentieux politiques ».

Raphaël A.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here