Sérail: l’ex-ministre André Johnson impliqué dans une affaire de 16 milliards

Ancien ministre de l’environnement, aujourd’hui député au Parlement, André Johnson, a été cité en novembre 2018 sur une radio privée de la place concernant sa gestion d’une grosse enveloppe financière au moment où il était au gouvernement. Aujourd’hui, avec les scandales à répétition soulevés par la presse dans les sociétés d’Etat, il est de bon ton qu’on puisse revenir sur la déclaration choc de l’économiste Thomas Koumou. Peut-être qu’il y a anguille sous roche.

Lire aussi: Sérail: le fils de Col Gnama Latta impliqué dans un nouveau scandale

Depuis
l’incarcération d’une partie de l’ancienne équipe dirigeante de la
Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) soupçonnée de malversations
financières après l’audit de la société, depuis l’affaire des 25
milliards FCFA destinés à la rénovation de la route Lomé-Vogan-Anfoin,
depuis la disparition des 600 millions FCFA de la CAN 2017, depuis donc
tant d’affaires observées sous la loupe de crimes économiques, le Togo
s’est identifié comme un État où les scandales financiers sont légion.

D’ailleurs,
depuis quelques semaines, l’on se croirait à la saison de dénonciation
des crimes économiques par la presse togolaise qui cite plusieurs
sociétés d’État. L’occasion s’y prête, en effet, pour revenir sur une
déclaration choc de Thomas Dodji Nettey Koumou, économiste et président
de l’Association Veille Economique qui, en novembre 2018, sur une radio
privée, était dans une sorte de réserve relative à la gestion des frics
au ministère de l’environnement.

Lire aussi: Corruption: le Président de la Cour Suprême prouve enfin sa culpabilité

Il déclare : « Ceux qui se
disent être à la fois au gouvernement et dans l’opposition ont géré un
projet de 16 milliards F CFA. Le moment venu, ils nous expliqueront
comment ils l’ont géré. Il s’agit de l’actuel ministre de
l’environnement (André Johnson, ndlr) », rapporte notre confrère
Telegramme228.com dans sa production du jeudi 08 novembre 2018. Ce site
togolais d’information renseigne aussi que le responsable de Veille
Economique est sûr de ce que, si le Chef de l’Etat se décidait d’arrêter
tous les pilleurs de la République, son parti se viderait en un clin
d’œil de ses substances. « Si Faure décide d’emprisonner les pilleurs de
fonds publics, il n’y aura plus aucun militant à la prochaine réunion
de UNIR… ».

Cette déclaration de l’économiste Thomas Koumou en
pleine crise sociopolitique engendrée par les évènements du 19 août
2017, n’a peut-être pas attiré l’attention des uns et des autres et
aujourd’hui, il est d’une nécessité absolue qu’on puisse en savoir
davantage sur la gestion de ce projet de 16 milliards FCFA que l’ancien
ministre André Johnson aurait géré au moment où il était au
gouvernement. « … le moment venu, ils nous expliqueront comment ils ont
géré (les 16 milliards). Il s’agit de l’actuel ministre de
l’environnement ».

Lire aussi: Impliqué dans une affaire de corruption, Kofi Yamgnane risque la prison en France

Oui aujourd’hui, avec l’installation de la
Haplucia, Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption
et les infractions assimilées, le moment est donc venu, moment favorable
pour enquêter et savoir ce qui est de la gestion de cette somme, savoir
si ce fut une gestion saine ou si certaines écritures comptables sont
douteuses comme ce fut le cas de Kossi Aboka.

Cet enseignant de
lycée, devenu président de la délégation spéciale de la préfecture du
Golfe a été épinglé dans un récent rapport de la Cour des comptes. Sur
les dépenses effectuées entre 2010 et 2011 dans les bureaux de la
préfecture, il apparaît selon le rapport de l’institution, qu’en
l’espace de deux (02) ans, M. Aboka a procédé au changement de 14 WC
complets pour un montant de 1 million 691 mille FCFA, des réglettes et
des fils électriques d’une valeur de 2 millions 47 mille 500 FCFA, de 56
canons de sécurité à hauteur de 263 mille 400 FCFA et de 68 serrures
chiffrées à 1 million 917 mille 500 FCFA. C’est « invraisemblable » dit
la Cour des comptes.

Lire aussi: Scandale: le fils d’un baron d’UNIR viré pour avoir volé 120 millions à l’UTB

L’urgence aujourd’hui, est de revoir les comptes au ministère de l’environnement sous la gestion d’André Johnson. Peut-être que le ver est dans le fruit. Qui sait ?

Source: La Manchette

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.