Sentiment de continuité et d’identité

45

Le ministère de la Culture et la Commission nationale du patrimoine culturel lancent lundi des ateliers régionaux afin de sensibiliser la population sur la mise en œuvre de la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel immatériel (PCI).

Ils se dérouleront du 17 septembre au 2 octobre.

On entend par patrimoine culturel immatériel l’ensemble des pratiques, expressions ou représentations qu’une communauté humaine reconnaît comme faisant partie de son patrimoine, dans la mesure où celles-ci procurent à ce groupe humain un sentiment de continuité et d’identité. 

Ces pratiques concernent par exemple les traditions orales, musicales ou chorégraphiques, les langues en tant que supports de ces traditions, les jeux et sports traditionnels, les manifestations festives, les savoir-faire artisanaux, les savoirs et savoir-faire liés à la connaissance de la nature ou de l’univers.

La PCI vise au respect du patrimoine culturel immatériel, à la sensibilisation au niveau local, national et international et encourage le développement de la la coopération et l’assistance internationales.

Le Togo a été élu en juin dernier au comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco pour y représenter l’Afrique. Le pays fait partie des 12 nouveaux membres élus pour la période 2018-2022.

Bien que fragile, le PCI est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie. 

Guy Lorenzo, le ministre de la Culture

L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu’il transmet d’une génération à une autre. 

Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à l’intérieur d’un État, et est tout aussi importante pour les pays en développement que pour les pays développés. 

Le Togo s’est engagé dans la protection de ce précieux patrimoine en recensant 75 danses traditionnelles, une centaine de contes et proverbes ainsi que des rites et des cérémonies. 

Depuis trois ans, un programme d’inventaire, de sauvegarde et de valorisation des savoir-faire de la facture et de la pratique des instruments de musique traditionnels a été réalisé.

‘On ne peut parler de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et de développement durable sans parler de mode de protection et de consommation durable, de réduction de la pauvreté et des inégalités, d’emplois productifs et décents, donc de croissance économique et de développement inclusif’, souligne Guy Lorenzo, le ministre de la Culture qui donnera le coup d’envoi lundi des ateliers régionaux.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here