Scrutin du 22 février: les promesses d’Agbéyomé aux agriculteurs

Il projette organiser dans le premier semestre une fois élu, des États-Généraux de l’agriculture. L’objectif détaille-t-il, sera de jeter les bases d’une véritable politique agricole coordonnée, dont l’ambition est de faire du Togo le grenier de l’Afrique occidentale.

Pour l’essentiel, le programme politique commun des forces démocratiques piloté par Kodjo Agbéyomé est structuré autour de quatre (4) points clés selon le décryptage de agridigitale.net.

Il s’agit de : la promotion d’une croissance durable et inclusive (12,9%); la création des conditions pour une croissance durable et inclusive (51,6%) ; la transition politique (32,1%) et la diplomatie visionnaire ouverte sur le monde (3,5%).

  La promotion d’une croissance durable et inclusive (12,9%)

Cette partie du projet englobe l’agriculture, le secteur informel, ainsi que la culture, l’artisanat, le sport et les loisirs.

Représentant 8% de l’ensemble des réformes proposées par le MPDD, les mesures sur le secteur agricole concernent la redynamisation de l’Institut National de Formation Agricole (INFA) de Tové et la création d’autres centres de formation dans les autres régions, la définition d’une politique d’autosuffisance alimentaire avec la possibilité d’exporter l’excédent.

Dans son projet, le MPDD prévoit de mettre cinq (5) hectares de terres agricoles à la disposition de chaque coopérative ou groupe de coopératives agricoles, accompagné d’un tracteur et d’un technicien en agriculture.

Il est également prévu de doter chaque préfecture de cinq cents (500) tracteurs agricoles, soit quinze mille cinq cents (15 500) tracteurs pour les trente-et-cinq (35) Préfectures.

 Le MPDD compte non seulement faciliter l’accès au crédit pour les coopératives, les jeunes et les femmes, mais aussi financer tous les projets agricoles antérieurement initiés et n’ayant pas vu le jour faute de financement pour les rendre opérationnels après une réévaluation.

La définition d’une stratégie nationale de production cotonnière , la relance de l’industrie textile, la transformation des produits locaux, la mise en place un centre technique de la maîtrise de l’eau au profit du secteur agricole, ainsi que la modernisation des secteurs de l’élevage et de la pêche sont les autres réformes agricoles prises en compte par le projet du MPDD.

   La création des conditions pour une croissance durable et inclusive (51,6%)

Ces réformes visent la simplification administrtive, la zone franche et les mesures d’attractivité fiscale, l’intensification des activités du Port Autonome de Lomé (PAL), la création d’une Banque Nationale d’Investissement, la bonne gestion des unités nationales de production, la lutte contre le chômage, et la poursuite de la modernisation des infrastructures.

Il est aussi prévu dans ce cadre, des réformes dans le secteur de l’éducation, de la santé, de la protection de la vie et la dignité des citoyens, de la protection de la famille et de la jeunesse.

   La transition politique (32,1%)

Elle est constituée de douze (12) mesures phares qui traitent essentiellement de l’apaisement de la politique nationale, la mise en place d’une gouvernance axée sur l’éthique, la mise en place d’une constituante, de même que des institutions vertueuses pour une République qui protège.

L’allègement du panier de la ménagère et des charges des entreprises, le renforcement des droits civiques et politiques, la revalorisation du SMIG et des retraites, l’autonomisation des jeunes et des femmes, ainsi que le bien-être des citoyens en général sont aussi défendus par le proget du MPDD

    Diplomatie visionnaire ouverte sur le monde (3,5%)

Il s’agit surtout du renforcement des relations avec les pays de la sous région et du continent, notament l’UEMOA, la CEDEAO et l’Union Africaine.

Agridigitale

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.