Réussite : une femme gagne 6 milliards FCFA en vendant du manioc

Publicités

Dix ans après avoir quitté son emploi et investi dans la production et la commercialisation du manioc et ses dérivés, Yemisi Iranloye et son entreprise Psaltry International Limited, ont atteint un revenu annuel de plus de 6 milliards FCFA. Un modèle de succès.

Lire aussi : Togolais tué en Turquie : la famille porte plainte

Psaltry International Limited s’est spécialisée dans la production et la transformation du manioc au Nigéria. Parmi ses produits dérivés, de l’amidon, de la farine, mais aussi du sorbitol, un édulcorant naturel obtenu à partir de ce tubercule. Pour s’assurer de mettre sur le marché les meilleurs produits, l’entreprise suit un processus particulier. Lorsque la matière première arrive à l’usine de transformation, elle est testée pour déterminer sa teneur en amidon. Le manioc passe par les étapes de l’épluchage, du lavage et du broyage. Par la suite, il est déshydraté et séché.

Publicités

C’est en travaillant pendant une dizaine d’années dans la filière manioc que Yemisi Iranloye (photo) a découvert le potentiel de cet aliment. Elle a ensuite quitté son emploi d’alors et lancé son projet en achetant un terrain et en construisant une ferme dans l’État d’Oyo.

Publicités

« Je suis restée à la ferme avec environ 6 employés. Nous avons travaillé avec les petits exploitants de la communauté et nous nous sommes engagés auprès d’eux pour qu’ils passent d’une agriculture uniquement destinée au gari et au foufou à une agriculture à visée industrielle », a-t-elle expliqué sur How We Made It In Africa.

Lire aussi : Rentrée scolaire 2021-2022 : vers un nouveau report ?

Le manioc est l’un des aliments les plus consommés en Afrique subsaharienne, et sa transformation vise principalement la grande consommation alimentaire. En proposant d’autres produits dérivés, Psaltry International Ltd. contribue à ajouter de la valeur à la filière, travaillant avec les petits producteurs, leur offrant un marché plus large et diversifiant leurs revenus.

Si le concept de Yemisi Iranloye a connu un vif succès ces dernières années, elle confie avoir fait face à de nombreux obstacles à ses débuts, notamment l’accès difficile à l’eau et à l’électricité en zone rurale, le manque de financement et les routes impraticables.

« Actuellement, nos plus grands défis sont les matières premières, à cause de la Covid-19 et le financement. Les banques ne comprennent pas le fonctionnement du cycle du financement de cette activité […] Il y a une sortie constante d’argent avec un taux de retour sur investissement très lent. Ce sont des choses que vous devez expliquer aux institutions financières », a-t-elle ajouté.

Lancée en 2005, Psaltry International Limited a atteint un revenu annuel de 12 millions de dollars au bout de 10 années d’exercice. L’entreprise gère un réseau de plus de 5 000 fermiers et compte parmi ses clients, de grands noms comme Nestlé et Unilever. À présent, Yemisi Iranloye se tourne vers les investisseurs internationaux en vue d’une expansion.

Avec agence ecofin

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.