RDC: nouvelles sanctions contre des officiels congolais

63

Après les sanctions diplomatiques, les USA imposent des sanctions financières à Corneille Nangaa et deux hauts responsables de la Commission électorale de la RDC.

Washington les accuse de corruption et d’entraves au processus électoral.

Les avoirs du président de la CENI (Corneille Nangaa) sont gelés par Washington, peut-on lire dans un communiqué du Département du Trésor américain.

Cette mesure concerne également le vice-président de la CENI, Norbert Basengezi, tout comme Marcellin Basengezi, fils du vice-président et conseiller de Corneille Nangaa.

Ces sanctions s’ajoutent à l’interdiction de séjour aux Etats Unis décrétée il y a un mois contre ces trois personnalités.

Selon Washington, « les responsables de la CENI ont gonflé de 100 millions de dollars les coûts du contrat de la machine à voter ».

Ils auraient aussi détourné de fonds destinés à financer les opérations électorales. D’après Washington, une partie de l’argent aurait servi pour l’enrichissement personnel des concernés, une autre partie pour des pots-de-vin, notamment versés à des juges de la Cour constitutionnelle pour qu’ils valident le report des élections.

Le reste de l’argent aurait financé la campagne électorale d’Emmanuel Ramazani, le candidat présenté par l’ex-président Joseph Kabila.

Corneille Nangaa et ses collaborateurs sont accusés d’avoir « pris des mesures qui ont ralenti l’inscription des électeurs, facilitant ainsi le retard des élections ».

Contactés par BBC Afrique, les responsables de la CENI, ont promis répondre bientôt à ces accusations. Le Trésor américain estime que l’élection du 30 décembre « n’a pas réussi à garantir la volonté du peuple congolais ».

Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 30 décembre. Mais son rival, l’opposant Martin Fayulu, officiellement arrivé deuxième, a toujours revendiqué la victoire.

Les camps de l’ex-président Kabila et celui du nouveau chef de l’Etat Félix Tshisekedi ont toujours rejeté les allégations de fraudes.

Les États-Unis ont vivement critiqué le déroulement des élections, mais ont finalement reconnu la victoire de Tshisekedi et se sont engagés à collaborer avec son gouvernement.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here