Que retenir concrètement de la rencontre de Conakry ?

362


Voilà la question qui taraude l’esprit certains observateurs de la scène politique togolaise, surtout que jusqu’à présent, aucune des deux parties (pouvoir et opposition) à cette rencontre à Conakry n’a fait une sortie pour situer le peuple togolais.

Invité dans l’émission « Le Débat » sur la radio Nana FM ce jeudi matin, Antoine Folly, président de l’Union des Démocrates Socialistes du Togo (UDS-Togo) et l’un des membres de la délégation de la Coalition des 14 à Conakry, a tenté d’apporter quelques éclaircissements.

Pour ce leader de la C14, l’objectif de cette rencontre de Conakry n’était pas pour prendre des décisions, mais pour dresser le bilan des décisions prises dans le relevé de conclusion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO le 23 septembre dernier à Lomé.

« Les rencontres que nous avons eu à Conakry n’étaient pas des rencontres pour prendre des décisions. C’est la première chose à retenir. On n’est pas allé là-bas pour prendre des décisions. Nous sommes allés pour faire une évaluation de la mise en œuvre des décisions prises par le Comité de suivi le 23 septembre 2018, notamment la recomposition paritaire de la CENI, la libération des détenus politiques… », a-t-il souligné.

A en croire Antoine Folly, sur la question de la recomposition paritaire de la CENI, la délégation de la Coalition des 14 à Conakry a fait valoir ses arguments et le président Alpha Condé a eu une oreille attentive. « Il a été sensible aux arguments que nous avons développés », a indiqué ce responsable de la C14.

Contrairement aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux, le Facilitateur guinéen n’a pas statué sur le cas de l’Union des Forces du Changement (UFC) à la CENI. En ce qui concerne l’opération unilatérale du recensement électoral organisée par la controversée CENI de Prof Kodjona Kadanga, la Coalition dit n’avoir pas demandé une session de rattrapage.

« Nous, on ne s’intéresse pas à cette éventualité d’ajouter quelques jours au recensement. Nous avons face à nous un problème réel qu’est la question du fichier électoral », a lâché M. Antoine Folly.

Selon l’ancien président la Fédération Togolaise de Football (FTF), la question des experts en audit du fichier électoral a été également évoqué lors des discussions avec le président Alpha Condé. « Et nous avons fait comprendre au président Alpha Condé, avec des éléments de conviction à l’appui, que le recensement de la CENI de Prof Kadanga et l’audit des experts ne peuvent pas déboucher sur un fichier électoral fiable », a-t-il poursuivi.

Tout porte à croire que les travaux de Conakry n’ont pas permis d’avancer sur la question togolaise. En tout cas, selon nos informations, les deux Facilitateurs seront très prochainement à Lomé pour poursuivre les discussions.

Godfrey Akpa

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here