Prof David Dosseh n’est pas membre fondateur de l’ANC

71


Intervenant sur une chaîne locale, le professeur David Dosseh, porte-parole du Front citoyen Togo debout (FCTD) est revenu sur le sujet pour répondre à ceux qui pensent qu’il est membre fondateur du parti de l’ex-chef de file de l’opposition togolaise Jean Pierre Fabre.

Cet acteur qui s’est engagé dans la lutte du côté de la société civile dit avoir déjà attendu le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, Gilbert Bawara, affirmer qu’il est membre fondateur du parti Alliance nationale pour le changement.

Sur la question, le professeur David Dosseh a tenu à préciser qu’il n’est ni membre fondateur, ni membre tout court de l’ANC.

« Ni de prêt, ni de loin, je n’ai été associé à la création de ce grand parti. Les gens de l’ANC sont des gens très respectables et ont créé ce parti qui je crois constitue, un des plus grands partie de l’opposition au Togo », a indiqué le médecin.

Il a poursuivi : « Je ne suis ni membre fondateur de l’ANC, ni membre tout court », a-t-il ajouté.

L’autre sujet sur lequel ce leader d’opinion s’est prononcé est le lien qui existe entre les organisations de la société civile et les partis politiques de l’opposition. Pour certains observateurs, l’échec de la société civile dans la lutte pour l’alternance au Togo résulte de sa ramification relativement à ces partis. Pour David Dosseh, c’est une question de principes et de convictions ».

« Quand on dit de vous que vous êtes proche de l’opposition parce que vous dénoncez des situations qui sont réelles, moi je réponds aux gens que cela ne me gêne pas personnellement parce que je suis convaincu de mes principes. Et donc, tenant compte de mes convictions, sachant où je vais, je n’ai besoin d’attendre qu’on m’applaudisse ou pas », a-t-il indiqué.

Et d’ajouter : « Je sais où je vais, j’ai mes convictions, j’ai mes principes et j’avance par rapport à cela », a lancé cet acteur de la société civile.

« Aujourd’hui, je sais qu’à chaque fois que je prendrai la parole, ce serait pour défendre les aspirations du peuple togolais. Si ça va à l’encontre de l’intérêt du gouvernement, ou à l’encontre de certains partis politiques de l’opposition, je suis désolé. Je suis d’abord pour mon peuple et je me battrai pour mon peuple », a-t-il fait savoir.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here