Prof Apedo-Amah : « La démocratie est l’arme la plus efficace contre le terrorisme et le fanatisme »

Depuis que les djihadistes ont commencé à s’attaquer aux pays africains, au lieu que leur influence diminue, malgré toutes les coalitions armées en Afrique de l’ouest, elle semble s’étendre. D’où un amer constat d’échec.

Nous ne sommes pas au cœur des secrets de défense des états-majors africains mais en tant que citoyen et observateur, en interrogeant ce qui s’est fait ailleurs avec efficacité sur d’autres continents, où la lutte s’est principalement basée sur les renseignements, les drones et tutti quanti, qu’en est-il du rôle des services secrets en Afrique de l’ouest ?

Les mines qui ont tué des villageois dans l’extrême nord du togo, le 10 juillet 2022, sont l’expression d’une barbarie sans nom. Le peuple togolais est révolté par cette ignominie.

Il ne faudrait pas que le gouvernement togolais se serve du terrorisme des djihadistes comme prétexte pour étouffer les libertés politiques et civiles.

L’instrumentalisation politique du covid-19 pour interdire réunions et meetings des partis politiques et des associations de la société civile, est encore vivace dans les esprits.

La liberté est plus mobilisatrice que la contrainte. Le citoyen aigri ne pense prioritairement qu’ à sa propre liberté, pas aux mots d’ordres de ceux qu’ils pensent qu’ils sont responsables de son sort médiocre et de l’étouffement de ses aspirations.

Les meilleurs antidotes contre le fanatisme et l’obscurantisme sont la démocratie, l’esprit critique, le doute, le pluralisme des idées et la tolérance.

Conclusion : supprimer ces antidotes serait la façon la plus sûre d’encourager le retour à la sauvagerie, à l’obscurantisme et à l’ignorance, ce que souhaitent les ennemis de l’afrique qui veulent nous zombifier.

Au fait, qui arme les djihadistes ?

Ayayi Togoata Apedo-amah

Source : icilome.com