Private equity en Afrique de l'ouest : en 6 ans, la Côte d’Ivoire a reçu 8% des opérations mais seulement 2% des capitaux

225

La Côte d’Ivoire a reçu 8% des 249 opérations de private equity réalisées en Afrique de l’ouest, entre 2010 et le premier semestre 2016, apprend-on d’un récent rapport de l’association africaine des capitaux investisseurs basée à Londres. La relative stabilité retrouvée par le pays depuis la fin des crises socio-politiques et l’arrivée du président Alassane Ouattara à la tête du pays, semblent expliquer cette situation.

De nombreux institutionnels ont manifesté leurs intentions de tirer avantage de la croissance ivoirienne, soutenue par la relance de la production de cacao, la principale source de revenus extérieurs du pays, et le lancement des chantiers d’infrastructures. Des entités comme l’institution américaine de financement du développement (OPIC) et des firmes d’investissement comme Development Capital Partners ont ouvert des représentations avec compétences sous régionales à Abidjan, la capital économique ivoirienne.

Mais on relèvera que cet intérêt en nombre du capital investissement, n’a pas conduit à une injection massive de capitaux. Sur la période de référence, la Côte d’Ivoire a reçu seulement 2% des 5,2 milliards $ injectés en Afrique de l’Ouest dans le cadre du Private Equity.

C’est autant que le Togo, qui n’a pourtant été que la cible de 2% des deals d’investissements privées effectués. Aussi, on notera que 83 firmes ont effectué des sorties d’investissement en Afrique de l’ouest, dont 14% en Côte d’Ivoire.

Le Nigéria qui abrite le marché le plus important d’Afrique par le volume de sa population, a accueilli 43% des opérations, pour 64% des capitaux injectés. Il est suivi du Ghana qui a bénéficié de 25% des deals pour 29% des capitaux.

Les autres pays qui se sont illustrés sont la Sierra Leone (5%) et le Sénégal et le Libéria (4% chacun). Plus globalement, l’Afrique de l’ouest dans son ensemble, n’a reçu que 26% des opérations de Private Equity qui ont eu lieux en Afrique durant ces six années et demi, pour 24% des financements apportés.

Idriss Linge

Agence Ecofin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here