Prison de Lomé : le prix du cannabis a flambé !

Publicités

Le cannabis se vend cher à la prison de Lomé ces derniers jours. Raison, son entrée à la prison devient de plus en plus difficile et risquée pour les vendeurs (détenus) et leurs complices (gardes pénitentiaires).

Lire aussi : Equipe du Togo : Duarte met les points sur les i avec Loïc Bessilé

Après l’alerte donnée par notre rédaction Togo-Online sur les affaires illégales qui se déroulent à la prison civile de Lomé avec la complicité des gardes pénitentiaires, des dispositions ont été prises par les autorités compétentes. Mais tout porte à croire que ces dispositions n’empêchent en rien la continuité de ces affaires illégales à la prison de Lomé.

Publicités

Il est vrai que l’entrée du cannabis à la prison civile de Lomé devient plus compliquée mais elle se fait quand même toujours avec la complicité de certains agents véreux.

Publicités

D’après nos sources dignes de foi à la prison civile de Lomé, le prix du cannabis a considérablement augmenté depuis quelques jours.

« La quantité qui se vendait à 200FCFA est maintenant vendue à 1000FCFA, soit une augmentation de 800FCFA. Certains n’arrivent plus à en consommer et ça devient compliqué », nous a confié une de nos sources.

Lire aussi : Ballon d’Or 2021 : le Togo n’a pas voté pour Messi

A l’en croire, il est maintenant difficile de faire rentrer le cannabis au sein de la prison. De plus, des fouilles inopinées y sont faites fréquemment.

« Mercredi matin très tôt, les soldats ont effectué une fouille dans les isoles et le bâtiment 9 de la prison. Je ne sais pas s’ils ont pu trouver quelque chose », a indiqué une autre source.

Et de poursuivre : « la semaine dernière, du cannabis a été intercepté alors que certains tentaient de le faire entrer ici. Des têtes sont tombées ici et certains soldats ont été mutés. »

Les efforts des autorités compétentes à sonner le glas aux affaires illégales à la prison civile de Lomé sont insuffisants. Il est clair que les fouilles inopinées n’arrêtent pas les dealers et leurs complices. Toute l’administration pénitentiaire doit être suivie de très près pour que le cannabis ne puisse plus entrer à la prison.

Lire aussi : Canalbox et Togocom : qui est le champion d’Internet fixe au Togo ?

Point n’est besoin qu’à part la vente du cannabis, la cybercriminalité continue à la prison civile de Lomé en toute quiétude. Chaque jour, les gardes pénitentiaires font entrer des téléphones portables. Et les cybercriminels s’en servent pour leur basse besogne.

Malheureusement, le gouvernement togolais a concentré toute son énergie sur le coronavirus alors qu’il y’a d’autres priorités. La même force avec laquelle les autorités sont décidées à combattre le Covid-19 au Togo, si elles pouvaient en faire de même pour arrêter les activités illégales à la prison civile de Lomé et la cybercriminalité, cela serait en leur honneur. Mais c’est peut-être trop demander à nos autorités!

A suivre…

Source : Togo Online

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net