Prise de la pierre sacrée, édition 2017: Nii Mantchè toujours dans ses basses besognes

141
Prise de la pierre sacrée, édition 2017: Nii Mantchè toujours dans ses basses besognes

Le 14 mai 2017, le collège des chefs Gê des cantons de la préfecture des Lacs se sont réunis au palais royal de Glidji pour écouter les dignitaires du village de Zowla mobilisés depuis plusieurs mois en vue d’amener le sieur Aminou Ayayi alias Nii Mantchè à présenter des excuses au peuple Gê suite à ses forfaitures, dégâts, gaffes et comportements irresponsables perpétrés depuis quelques années à Glidji-Kpodji.

Pour cette rencontre, tous les membres du collège étaient présents, de même que ceux de la famille Afanou, les dignitaires du palais royal de Glidji, les chefs des villages de Zowla et Assoukopé, les parents de Nii Mantchè conduits par Anani Koudoyor, président de Zowla Union.

La rencontre a duré plus de trois heures et était présidée par Gê Fioga. Ce dernier a remercié tous les participants avant de déléguer le pouvoir au chef traditionnel de la ville d’Aného, Togbé Ahuawoto Savado Zankli Lawson VIII, pour conduire la séance. Après l’exposé des faits et des échanges, le collège des chefs Gê a accepté la demande de pardon de Nii Mantchè à condition : primo, qu’il fasse ses excuses par écrit, signé et l’envoie à Gê Fioga ; secondo, qu’il soit hors de toutes les cérémonies des us et coutumes dans la localité pour une durée de deux ans. Il lui a été par ailleurs signifié qu’il a perdu tous les titres dont il se sert pour foutre le bordel dans les couvents.

Bien avant la tenue de cette rencontre, Nii Mantchè avait envoyé des émissaires auprès du Roi Gê Fioga Sédégbé Foli-Bébé XV, pour lui présenter des excuses par rapport à son comportement. Mais ce dernier a fait savoir à ses émissaires d’aller qu’il doit venir lui-même s’expliquer en présence des autres chefs Gê. A la fin de cette réunion du 14 mai, un mémorandum a été fait et signé par : Togbé Kangni Gbadoe-Zoun, Régent du Canton Aklakougan ; Gê Fio Nettey-Koumou Assama, Chef traditionnel de Djéta ; Gê Fio Foli Kponve Alofa, Chef du Canton d’Agouégan ; Gê Fio Assiongbon Apetovi IV, Chef Canton d’Anfoin ; Gê Fio Dovi Degbe 1er , Chef du Canton de Ganavé ; Togbé Ahuawoto Savado Zankli Lawson VIII et Gê Fioga Sédégbé Foli-Bebe XV, Chef Canton de Glidji et Roi traditionnel du peuple Gê (Tougban).

Nii Mantchè ne veut pas respecter la décision de sa suspension

Après avoir présenté ses excuses et demandé pardon aux chefs traditionnels, Nii Mantchè avait promis de ne plus foutre du bordel et de se mettre à l’écart des cérémonies de prise de la pierre sacré de cette année 2017. Mais contre toute attente, il change d’avis, avec la complicité et le soutien de certains pontes du régime RPT/UNIR à savoir : Boukpessi Payadowa, ministre de l’Administration de la Décentralisation et des Collectivités locales ; Olivia Kouévi-Amédjogbé, député du RPT/UNIR ; Norbert Datè Bénissan-Têtêvi, le maraicher devenu préfet des Lacs ; Patrice Ayivi Ayayi, le Président de la Délégation spéciale de la ville d’Aného ; Têko Agbo, Colonel à la retraite, un roi usurpateur du trône et Kangni Michel dit « Alléluia », importateur de riz. Un comportement qui est de l’incivisme notoire et du non respect aux us et coutumes des Lacs.

Tous ces gens sont tapis dans l’ombre, achètent les consciences à coup de distributions de téléphones androïds, d’argent et autres intéressements à certains hounons (prêtres vaudou) pour les corrompre afin que Nii Mantchè refasse surface pour la prise de la pierre sacrée de cette année qui aura lieu le 14 septembre 2017 à Glidji-Kpodji. Il nous revient de nos investigations que lui et son groupe ont des déjà fait des commandes de pagnes pour la cérémonie. Nii Mantchè cherche à défier l’autorité du Roi Gê Fioga Foli-Bébé XV et fait son bon vouloir, pour une fois encore semer le bordel dans la prise de la pierre sacrée de cette édition 2017.

Les trois députés des Lacs ne baissent pas les bras dans cette affaire. Ils tentent par tous les moyens de raisonner Nii Mantchè et ses soutiens. Les trois élus comptent même, dans le cas où les fauteurs de trouble n’entendent pas raison, rencontrer le chef de l’Etat, pour lui exposer le problème et requérir directement son intervention en vue d’une solution.

Tout est fait exprès depuis quelques années, dans le seul but de diviser le peuple guin pour des raisons politiques, afin d’assoir un système d’autoritarisme et domination dans la préfecture des Lacs qui n’est pas acquise au régime RPT/UNIR au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle. Il est important de savoir que Nii Mantchè, le gaffeur est interdit d’aller dans les couvents au Bénin et au Ghana pour effectuer quelque cérémonie que ce soit, étant donné qu’il n’est plus reconnu comme grand prêtre vodou, titre dont il se réclame lui-même pour arnaquer les fidèles.

Bonéro LAWSON/La Nouvelle N°0022 du 15 Juillet au 15 Août 2015

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here