Précarité de l’existence des maisons d’éditions

158

Graines de pensées, Continents, Awoudy…sont les nouvelles maisons d’édition qui donnent un coup de pouce à la production littéraire togolaise. Mais elles doivent relever un défi: s’unir ou disparaître.

Les nouvelles jeunes maisons d’éditions démocratisent la publication des œuvres littéraires. Malheureusement, elles ne sont pas solides financièrement et la plupart d’entre elles éditent à compte d’auteur. En plus elles font face à un manque de circuit de distribution, et de professionnalisme parfois, entre autres.

Pour beaucoup, elles doivent s’unir et former des entités plus solides et compétitives pour peser sur le marché national et ambitionner d’exporter leur savoir-faire. Ce qui pour le moment semble être une gageure.

Selon Kodzo Vondoly, Directeur général des Editions Continents, cité par L’Alternative paru ce matin, les éditeurs peinent pour le moment à s’unir. « Nous ne nous sommes pas encore libérés des rivalités, jalousies et coups bas qui caractérisent notre balbutiante cohabitation », précise-t-il. Sur le long terme, c’est possible, ajoute-t-il.

« En attendant, chacun chemine de son côté, tout en espérant trouver chemin faisant, la clé de la survie », écrit le bihebdomadaire.

A.H.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here