Pour que les choses soient claires

Hors de question de participer à un dialogue au cours duquel la question centrale serait le départ immédiat ou avant le terme de son mandat en 2020 du chef de l’Etat, a prévenu jeudi Christian Trimua, l’un des conseillers de Faure Gnassingbé.

Il répondait aux questions des journalistes de la radio privée Kanal FM.

Il appartiendra au président de la République et au parti UNIR de décider en temps voulu d’une éventuelle candidature à la présidentielle de 2020, a précisé M. Trimua.

Depuis le début de la crise politique, les opposants exigent le départ du président dès à présent ou au plus tard dans deux ans. C’est en réalité leur unique objectif sous couvert d’un combat pour des avancées démocratiques. L’idéal pour eux serait de ne pas passer par la case élections.

Le projet de réforme constitutionnelle soumis et adopté par la majorité présidentielle à l’Assemblée limite le nombre de mandats à deux, mais n’interdit pas au sortant de se représenter.

La constitution dispose pour l’avenir, non pour le passé. Dans ce contexte, les évolutions constitutionnelles ne peuvent avoir un caractère rétroactif.

Cela ne signifie pas pour autant que le pouvoir ferme la porte à l’opposition, a indiqué Christian Trimua. ‘Au contraire. Le dialogue reste le meilleur moyen de solutionner un problème’.

Autour de la table, il y aura la majorité et l’opposition. A l’issue des débats, le chef de l’Etat et son gouvernement recevront les conclusions et les mettront en application selon les indications qui auront été données, a précisé le conseiller présidentiel.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.