Plus de pilotage à vue au Conseil National du Patronat

211
Plus de pilotage à vue au Conseil National du Patronat

Six mois après l’élection des nouveaux membres de l’exécutif du Conseil national du Patronat, et dans le soucis de faire de Conseil «  »une organisation patronale dynamique, proactive et qui répond aux défis de l’heure » », les nouveaux responsables ont décidé de se doter d’un Plan stratégique devant régir leurs actions. Au cours d’une cérémonie hier à Lomé le CNP a donc lancé le processus d’élaborer ce Plan stratégique qui devrait s’étendre sur la période 2017-2021.

Lançant le processus au nom du Premier ministre, la ministre en charge du Commerce et de la Promotion du Secteur privé, Bernadette Légzim-Balouki, a dit espérer que «  » les travaux qui vont jalonner ce processus de planification et qui seront appuyés par les services techniques de l’Etat permettront de dégager une stratégie qui va servir de cadre d’intervention pour les uns et les autres » ». Elle aréitéré la considération du gouvernement selon lequel, «  »le secteur privé est le plus grand pourvoyeur d’emplois » » qui en étant «  »plus dynamique peut contribuer à résoudre de façon plus durable les différents problèmes auxquels nos pays sont confrontés » ». Enfin s’est-elle réjoui de ce que les pouvoirs publics soient associés à ce processus d’élaboration du Plan stratégique du CNP ; preuve d’après elle de ce que «  »le dialogue Public-Privé est une réalité » ». La ministre Balouki compte voir ce dialogue se maintenir entre le Gouvernement et secteur privé dans la recherche de solutions aux défis communs cités par le Président du CNP, Laurent Coami Tamégnon, à savoir, «  »la pauvreté et la protection sociale » », «  »le chômage et le sous-emploi en particulier celui des jeunes » », «  »les défis liés à la recherche d’une meilleure adéquation emploi-formation » », «  »les défis liés au renforcement du tissu industriel et la compétitivité des entreprises togolaises » », et «  »le renforcement du Partenariat Public-Privé au bénéfice des entreprises togolaises » ».

Le premier responsable du CNP est revenu sur les progrès réalisés par le pays en matière de lutte contre la pauvreté et qui ont permis de se remettre sur la voie de la croissance. Il a convié à nourrir les réflexions sur «  »comment faire pour accroitre notre part dans le marché international » ». Aussi a-t-il salué le programme FNFI lancé par le gouvernement en faveur des couches défavorisées. Il a dès lors appelé à un renforcement de ce programme et a invité le gouvernement à penser un autre programme similaire en faveur des jeunes entrepreuneurs togolais qui aspirent renforcer leurs affaires. En tout cas, reste convaincu M. Tamégnon, «  »ce qui est bon pour le secteur privé, est bon pour la nation togolaise » ».
Quand au président du Comité technique d’élaboration du Plan Stratégique 2017-2021 du CNP, Thierry Awesso, il a porté à la connaissance de l’assistance, les précédentes tentatives non abouties du CNP depuis plusieurs années à inscrire ses actions dans le cadre d’un plan stratégique. Fort de ces précédentes tentatives non abouties, dont il faudra tirer des leçons, il entend fonder le travail de son équipe sur les principes de «  »la pertinence » », «  »la participation » », «  »la co-responsabilité » », «  »la concision » » et «  »la redevabilité » ». Tout ceci pour aboutir à «  »un Plan stratégique qui sera l’outil d’évaluation de notre gouvernance » », a-t-il assuré.

Les 100 premiers jours prometteurs

A la suite de cette cérémonie de lancement, a été animée une conférence de presse qui a été l’occasion pour le président du CNP, Laurent Coami Tamégnon, de présenter le bilan de ses 100 premiers jours. Il est apparu que, fidèle à sa lettre de campagne électorale, il a eu à mener des interventions allant dans la dynamique de «  »proposer une nouvelle vision de l’avenir du CNP-Togo » », «  »améliorer le climat des affaires par des actions conjuguées » », «  »faire du secteur privé le pivot essentiel du développement économique et social » », «  »accompagner les PME/PMI » », «  »promouvoir la création de l’emploi » » et enfin, «  »renforcer l’intégration régionale » ». On retient entre autres, aussi des rencontres et échanges avec les acteurs du secteur privé togolais, de la sous-région (patronat du Bénin, de la Côte d’Ivoire), hors du continent (patronat de France et des hommes d’affaires Indiens et Brésiliens), des séances de travail avec la BCEAO, des analyses et propositions sur plusieurs sujets de l’heure dont la loi des finances 2017, le programme Threshold, une médiation réussie du président Tamégnon entre les employeurs et les syndicats, sur les problèmes liés à l’application de la nouvelle convention collective du secteur du commerce. On note également la reprise des travaux du Dialogue social avec la présence effective du Patronat togolais et la décision du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé de mettre en place le Comité de concertation entre l’Etat et le Secteur privé, suite à une rencontre avec le président du CNP. Ce sont là donc autant d’actions en 100 jours qui permettent d’espérer une suite heureuse pour cette nouvelle équipe du CNP qui sort ainsi d’une crise.

G.K/T228

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here