Perquisition du domicile de Kpatcha Gnassingbé : ce qu’on cache aux Togolais

Publicités

Samedi 30 octobre 2021, de nombreux quartiers de Lomé dans la zone Kégué ont été encerclés dès l’aube par les forces de l’ordre. Les populations n’ont su en réalité ce qui se passait qui leur valait des heures durant cet état de siège avec brutalités et intimidations par endroits.

A LIRE AUSSI: [CONFIDENTIEL]: les non-dits d’une nouvelle augmentation de salaire dans l’armée

« J’avais rendez-vous très tôt dans la localité de Massohoin, je fus surpris par le déploiement massif des forces de l’ordre qui m’ont fouillé à chaque étape tout au long du parcours sans que je ne sache ce qui se passait en réalité », a confié un homme.

Publicités

Une jeune femme surprise et en colère témoigne : « Je devrais aller au marché de Hédzranawoé, mais j’ai dû retourner à la maison ne supportant plus cette brutalité si coutumière chez les militaires togolais ». Pour perquisitionner chez une seule personne, plusieurs quartiers sont assiégés. Selon les informations, un gendarme a été retrouvé mort à l’arrière-cour du domicile de l’ancien ministre de la défense, Kpatcha Gnassingbé lui-même en prison depuis bientôt 13 ans et hospitalisé depuis plus de 4 mois au pavillon militaire du CHU Tokoin.

Publicités

A LIRE AUSSI: Occultisme: ce redoutable DG qui fait peur dans l’entourage de Faure Gnassingbé

C’est la mort d’un gendarme qui a valu ce zèle des heures durant traumatisant d’une part les populations et de l’autre, la famille de Kpatcha Gnassingbé. En effet, des gendarmes sont souvent détachés pour, dit-on, assurer la sécurité des lieux. Selon nos sources, « leur présence n’est pourtant pas indispensable. La plupart du temps, ça cause, ça joue, ça drague. La problématique de se passer de leur service est tout un dilemme dans le contexte particulier où tout est vu comme une insubordination pouvant exposer à une réelle insécurité ». Autrement dit, faut-il se passer de leur service ou ne pas ? Tel est le nœud gordien.

Le 30 octobre, dans la matinée, les forces de l’ordre font irruption au domicile de Kpatcha Gnassingbé pour une perquisition qui a duré près de 08 heures d’horloge. Chaque coin et recoin de la maison a été fouillé. Résultats des fouilles, quelques pétards et des jouets pour enfants emportés.

Pour rappel, Kpatcha Gnassingbé est accusé par le régime togolais d’avoir fomenté un coup d’état et condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Mais la Cour de justice de la CEDEAO a battu en brèche le verdict de non droit de la justice dépendante du Togo. De plus, la détention arbitraire est attestée par le groupe de travail des Nations Unies mais le plus célèbre des détenus est toujours aux mains de ses ravisseurs depuis plus de 12 ans dans un état de santé préoccupant.

A LIRE AUSSI: Qui est « Boss H », le redoutable chef de gang qui fait la loi dans les ghéttos de Bè?

C’est dans ce contexte que le décès de Sambiéni Naouma, Maréchal des logis a été signalé à son domicile. Comment est-il mort ? Aux autorités du pays de trouver les réponses même si la plupart des enquêtes ouvertes, n’ont jamais été fermées ni résolues. Une chose est indéniable, Kpatcha Gnassingbé n’a pas le don d’iniquité pour se retrouver à son domicile et à son lieu d’hospitalisation au même moment ; au cas où on voudrait lui imputer un meurtre, dans un pays où les montages sont des jeux d’enfants. Victime collatérale depuis le début de cette histoire digne d’une plaisanterie de mauvais goût, son frère jumeau Toyi Gnassingbé a vu également son domicile encerclé le même jour.

« Pourquoi tant de persécutions ? Qu’est-ce qu’un frère puisse commettre comme faute pour mériter ces traitements ? Le traumatiser sans épargner sa femme, ses enfants et ses proches ? » S’est interrogée, hébétée, une octogénaire commentant l’impressionnant déploiement observé samedi dernier.

A LIRE AUSSI: Sérail: ce proche de Faure qui est l’homme le plus riche du Togo

En bientôt 13 ans de détention arbitraire, c’est la cinquième perquisition effectuée soit en moyenne une perquisition tous les deux ans. L’Etat du Togo, tout en ratifiant tous les protocoles et traités des Nations Unies, trouve toujours le moyen de rester au-dessus des décisions supra qui s’imposent à lui, comme la libération de Kpatcha Gnassingbé ou son évacuation sanitaire pour des motifs humanitaires pourtant évidents.

Liberté N°3502

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.