Pas de panique

55

Un cas de fièvre hémorragique Lassa a été confirmé vendredi dans la région de Doufelgou (Kara). Le porteur est un homme de retour d’un long séjour au Nigeria.

Le ministre de la santé et de la protection sociale rassure que Les dispositions ont été prises pour éviter toute propagation, a assuré le ministère de la Santé. 

Cette fièvre hémorragique est endémique dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, où elle infecte de 100 à 300.000 personnes par an dont 5 à 6.000 succombent. 

Il n’existe à ce jour aucun vaccin contre ce virus qui représente un problème de santé publique.

Lassa se manifeste par une forte fièvre, des maux de tête, de gorge, des nausées, des vomissements et des douleurs musculaires, notamment. En cas de doute, il est prudent de consulter un médecin.

Le principal réservoir du virus est un petit rongeur péri-domestique. Il se transmet à l’homme par contact avec les excréments de l’animal. 

Un grand nombre de ces rongeurs vivent à proximité, voire à l’intérieur des habitations et leur taux d’infection peut aller jusqu’à 80%.

Il n’existe à ce jour qu’une seule molécule ayant montré une efficacité contre Lassa. Il s’agit de la Ribavirine, un antiviral à large spectre contre les virus à ARN utilisé en particulier pour le traitement de l’hépatite C. 

Malheureusement, ce traitement ne représente pas une solution satisfaisante au problème que pose la fièvre de Lassa : pour être efficace, la Ribavirine doit être administrée très précocement avant l’infection.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here